Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Californie, c’est tout un roman [3/7] : Les sequoïas

Série d'été Pendant l’été, L’Usine Digitale vous propose de voyager au pays du numérique : la Californie. Pour cela, nous avons sélectionné six romans récents qui ont pour cadre ce territoire qui inspira de nombreux auteurs américains ou européens... Troisième épisode avec Tracey Chevalier et son roman qui retrace l'histoire d'une famille américaine du 19e siècle. Si la nature féroce cause la perte des parents, elle offrira au fils parti pour la Californie une rédemption, à l'ombre des sequoïas millénaires. Une réussite. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Californie, c’est tout un roman [3/7] : Les sequoïas
La Californie, c’est tout un roman [3/7] : Les sequoïas © DR US department of agriculture

Voilà un livre écrit par une auteure bien connue, à qui l'on doit notamment "La jeune fille à la perle". Comme dans le livre d’hier, il est question dans "A l'Orée du verger" de secrets de famille et de l’histoire des Etats-Unis. Toute la première partie du livre raconte la vie des parents, les Goodenough, venus s’installer dans l’Ohio, parce que la mère aimait peut-être un peu trop son beau frère. Toujours est-il qu’une sorte de conseil de famille estime qu’il vaut mieux qu’elle et son mari s’éloignent un peu.

 

Dans l’Ohio, ils rencontrent une nature plus qu’hostile, tandis que le père essaie de faire pousser des pommiers. Enfer conjugal, dureté de la vie paysanne au dix-neuxième siècle, rien n’est épargné à cette famille de pionniers malgré-eux.

 

Quand l'Amérique exportait ses grands arbres

Quelques années plus tard, on retrouve Robert, l'un des enfants du couple qui s’est échappé de la tragédie familiale et qui découvre la Californie. Celle des chercheurs d’or parmi lesquels il ne trouve pas vraiment sa place, mais surtout celle des grands arbres, les fabuleux sequoïas. Déjà, à l’époque, la mondialisation existe et les échanges se font entre la jeune Californie et le vieux continent, via le Royaume-Uni.

 

C’est par l’intermédiaire d’un savant botaniste, chasseur d’arbres pour de riches propriétaires britanniques qui veulent avoir un sequoïa dans leur jardin, que le jeune Robert sera initié au monde des arbres.

 

Histoire d'une rédemption

Dans ce roman, Tracy Chevalier excelle aussi bien à faire sentir la puissance de la nature des Etats-Unis, l’imminence du décollage économique, qu’à faire ressentir les failles de personnages éprouvés par la vie. Le tout dans un style simple et expressif, d’une grande maîtrise, alternant monologues intérieurs ou récit épiques, lettres bourrées de faute...

 

On referme les pages de ce livre hanté par la figure de Robert, un personnage de roman comme on n'en croise pas si souvent, amoureux des séquoias et par là animé d’une sorte de force vitale tirée d’une nature qui peut être aussi cruelle que nourricière.

 

Tracy Chevalier, A l’orée du verger, Quai Voltaire, Traduit par Anouck Neuhoff

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media