La CFDT dégaine un "manifeste pour Alcatel-Lucent" constructif sur la restructuration annoncée

La CFDT a publié un manifeste de 14 propositions à destination de la direction d’Alcatel-Lucent et des politiques. Un moyen de préparer les premiers rendez-vous autour du plan Shift et les inévitables suppressions de postes qui en découleront.

Partager
La CFDT dégaine un

Michel Combes, le nouveau DG d’Alcatel-Lucent a confirmé sur BFM TV que des mesures de restructurations seraient prises à l’automne. "Les décisions difficiles sont encore devant nous", a-t-il prévenu. Il devrait en effet donner les détails de l’impact social de son plan stratégique Shift, le 8 octobre prochain, lors du prochain CE de l’entreprise. Une bonne raison pour que la CFDT, majoritaire chez l’équipementier, publie avec un peu d’avance sur son propre planning un "manifeste pour Alcatel-Lucent". Ce texte liste 14 propositions à destination du management, mais aussi des politiques.

Un manifeste, trame du dialogue avec la direction

Pas d’attaque frontale des nouveaux dirigeants. Volontairement, comme le précise Hervé Lassalle, coordinateur central CFDT Alcatel-Lucent : "C’est du long terme. Un peu de respiration dans l’actualité galopante et le court terme. C’est un travail que nous avons commencé il y a plusieurs mois, et que nous avons accéléré parce que nous rencontrons, vendredi 13 septembre, le DRH France, Sébastien Lebreton. Nous devons discuter de la méthode de négociation et d’information dans le cadre de ce plan. Nous serons confrontés à un plan dans un mois, nous ne sommes pas spécialement optimistes mais on espère que la société ne mourra pas dans deux ans !"

Les syndicats savent qu’ils n’auront pas d’informations sur le plan Shift vendredi. "Nous allons sans doute regarder différentes hypothèses comme la cession d’activités, une nouvelle GPEC, etc. Et voir à chaque fois quels thèmes nous souhaitons évoquer dans le cadre des négociations. Le manifeste servira de trame à notre discussion."

Un changement radical d’attitude

Les propositions du syndicat ressemblent d’ailleurs à des éléments de plan stratégique et évoquent des points que le patron a lui-même mentionnés. Comme la reconstruction de la réputation de l’équipementier ou la volonté de lui redonner sa capacité d’innovation. Le document espère aussi un pacte de confiance entre salariés et dirigeants avec la mise en place d’administrateurs salariés par exemple ou le rendu périodique de comptes sur les résultats aux salariés. "Il y a des éléments, comme la cartographie des métiers de la R&D, par exemple, que nous avons évoqués avec Michel Combes, dans nos dernières discussions avec lui, en juin.Ce document est aussi un moyen de dire qu’on est dans une boîte bizarre qui fait plan sur plan, mais dans laquelle il reste beaucoup de salariés, et que nous pouvons regarder devant."

Un changement radical d’attitude par rapport à 2012 où grèves, manifestations et même droit d’alerte avaient émaillé la fin d’année. "Même dans les équipes 3G dans lesquelles je travaille, avoue Hervé Lassalle, on peut aujourd’hui comprendre le discours de décroissance. Même si bien sûr, il y aura des moments difficiles et qu’on va être dans le volume de restructuration."

D’ores et déjà, une des questions qui se posera aux interlocuteurs réunis vendredi est la collision entre le plan Performance de Ben Verwaayen, prédécesseur de Michel Combes, et Shift. Alors que Performance devait s’achever cet été, Hervé Lassalle précise qu’il reste encore 300 postes sur les 800 supprimés pour lesquels il n’y a pas de volontaires. Et ce, alors que le plan Shift doit être lancé. "Cela peut conduire à des licenciements coercitifs", s’inquiète le syndicaliste.

Une intersyndicale toujours active

Une bonne raison pour que la CGT, la CFE-CGC et la CFDT continuent par ailleurs de travailler en intersyndicale, comme ils l’avaient fait l’an dernier pour le plan Performance. Ils se sont réunis lundi 9 septembre afin de convenir de la façon de réagir au futur plan mais aussi d’informer les salariés sur ces risques de licenciements coercitifs. "Il faut quand même qu’il se passe quelque chose en septembre avec les salariés, insiste Hervé Lassalle. Pour que la direction voit que nous ne sommes pas dans la résignation."

Emmanuelle Delsol

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS