Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Chine adopte une loi sur le chiffrement des données

La Chine vient d'adopter une loi sur le chiffrement des données qui devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2020. Une annonce qui tombe à pic avec le projet de cryptomonnaie souveraine actuellement dans les tuyaux du régime.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Chine adopte une loi sur le chiffrement des données
La Chine adopte une loi sur le chiffrement des données © Pixabay/PPPSDavid

Les législateurs chinois ont adopté une loi sur la cryptographie lors de la séance de clôture de la session bimensuelle du Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire qui s'est tenue le 26 octobre 2019. Le texte devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2020. Hasard du calendrier ou pas, il s'agit aussi de la date prévue pour le lancement de Libra.

 

Cette annonce intervient quelques jours après une intervention du président Xi Jinping dans laquelle il appelait la Chine à "accélérer ses efforts et investissements" pour saisir "les opportunités" de la blockchain.

 

Trois domaines de cryptographie

D'après l'agence de presse officielle Xinhua, cette loi est nécessaire pour "réglementer l'utilisation et la gestion de la cryptographie, faciliter le développement du secteur et assurer la sécurité du cyberespace et de l'information". Elle classifie la cryptographie en trois domaines : le domaine principal, commun et commercial. Les deux premières serviront à "protéger les informations confidentielles du pays et qui constituent un secret d'Etat". Elles doivent être exclusivement utilisées par les autorités. Le texte prévoit que ceux qui décèleraient des risques pour la sécurité de la cryptographie principale et commune mais ne les signaleraient pas "seront punis".

 

De nombreuses infractions sont prévues

La cryptographie commerciale devra servir à la protection des informations qui ne sont pas des secrets d'Etat. Conséquence de quoi, elle pourra être utilisée par les citoyens, les personnes morales et les organisations. Le texte comprend un chapitre sur la responsabilité juridique liée aux fautes commises en matière de cryptographie. Plusieurs infractions sont prévues, parmi lesquelles on trouve le vol d'informations cryptées, le piratage des systèmes de sécurité cryptographique, l'utilisation de la cryptographie pour se livrer à des activités illégales et la vente de service non authentifiée par les autorités. Pour l'instant, le quantum de la peine n'est pas connu. Il faut tout de même rappeler que la peine de mort est encore effective en Chine.

 

Le cadre parfait pour une cryptomonnaie souveraine

Cette future loi constitue le cadre parfait pour l'instauration d'une cryptomonnaie souveraine, comme le gouvernement le prévoit. Les institutions chinoises travaillent sur ce projet depuis 2014 et ont déjà déposé plus de 80 brevets. Les échanges s'effectueront sous le regard de la Banque populaire de Chine. A terme, elle doit remplacer les espèces en circulation. Fin août 2019, le média américain Forbes a apporté quelques détails supplémentaires.

Prêter serment via la blockchain

 

A la suite des déclarations de Xi Jinping, une start-up chinoise à lancer une DApp (application décentralisée) permettant aux membres du Parti Communiste Chinois (PCC) de prêter allégeance au parti "éternellement" en ancrant cette loyauté dans la blockchain. Baptisée "Original Intentions Onchain", la solution a été développée par Lingzu Technology, créateur du OFCoin. Ce token méconnu jusqu'alors a vu son prix grimpé de 90 % à la suite de cette annonce.

 

Le lancement de cette cryptomonnaie sera appuyée par sept institutions : l’Agricultural Bank of China, la Bank of China, Union Pay (son réseau de carte bancaire), l’Industrial and Commercial Bank of China, la China Construction Bank, l'e-commerçant Alibaba et Tencent, propriétaire de WeChat. Un huitième acteur, dont le nom n’a pas été révélé, pourrait rejoindre ces partenaires.

 

Mark Zuckerberg s'était alerté de cette situation durant son audition devant les élus de la Commission parlementaire des services financiers. "Pendant que nous débattons, le reste du monde n'attend pas. La Chine se prépare activement à lancer des idées similaires avec les mois qui viennent", avait déclaré le patron de Facebook qui devait s'expliquer sur le projet de cryptomonnaie Libra.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale