Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Chine se targue d'avoir "nettoyé" Internet

Actus Reuters Le renforcement par la Chine des sanctions contre la diffusion de "rumeurs" en ligne a permis de "nettoyer" internet avec succès, s'est félicité le 28 novembre le responsable chinois chargé de la régulation de la Toile.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Chine se targue d'avoir nettoyé Internet
La Chine se targue d'avoir "nettoyé" Internet © Renato Ganoza - Flickr - C.C.

Pékin a présenté début septembre un ensemble de mesures sévères pour lutter contre la diffusion de fausses informations sur internet, un prétexte pour réprimer les commentaires visant le Parti communiste ou le gouvernement, selon des militants. Plusieurs centaines de personnes ont été interpellées. D'après une nouvelle jurisprudence dévoilée par les médias officiels, tout individu risque des poursuites en diffamation, un délit passible de trois ans de prison, si une rumeur qu'il a propagée sur internet est vue par plus de 5 000 internautes ou qu'elle est rediffusée plus de 500 fois.

"La lutte contre les rumeurs a reçu une réponse positive et a été plutôt efficace", a estimé Ren Xianliang, directeur adjoint du Bureau d'Etat de l'information sur internet. "Internet est devenu propre. La fréquence des diffamations a diminué, sans conséquence sur le flux ordonné des informations."

censure perfectionnée

La Chine dispose du système de censure d'internet sans doute le plus perfectionné au monde, qui bloque de nombreux réseaux sociaux comme Twitter, Facebook ou YouTube ainsi que des sites hébergés à Taïwan, ceux des groupes de défense des droits de l'homme et certains médias étrangers. Ren Xianliang a réaffirmé le droit des autorités de bloquer les sites concernant l'indépendance du Tibet ou le séparatisme ouïghour dans le vaste territoire occidental du Xinjiang. "Certains sites de propagande sur le Tibet ou le Xinjiang cherchent à diviser notre nation, ou à affaiblir le pouvoir de l'Etat", a-t-il dit. "Cela va à l'encontre de la loi."

Avec Reuters (Megha Rajagopalan, Jean-Stéphane Brosse, Gilles Trequesser)

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale