Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Chine veut établir un standard mondial pour la sécurité des données

Vu ailleurs Alors que la guerre politique et commerciale entre les Etats-Unis et la Chine se poursuit, cette dernière présente un projet de standard mondial sur la sécurité des données. Une tentative pour contrer les efforts américains cherchant à l'isoler technologiquement du reste du monde.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Chine veut établir un standard mondial pour la sécurité des données
La Chine veut établir un standard mondial pour la sécurité des données © Flickr - futureatlas.com

La Chine a présenté mardi 8 septembre 2020 son projet de standard mondial sur la sécurité des données. L'information rapportée dans un premier temps par le Wall Street Journal a été ensuite été détaillée par le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi, rapporte Reuters. Wang Yi a expliqué vouloir promouvoir le multilatéralisme à une époque ou "des pays individuels" en "maltraitent" d'autres et "chassent" des sociétés.

Interdictions des "backdoors"
L'initiative chinoise sur la régulation des données appelle les entreprises technologiques à empêcher la création de "backdoors" dans leurs produits et services, c'est-à-dire des failles de sécurité qui permettraient de recueillir illégalement des données. Mais elle appelle aussi à respecter la souveraineté, la juridiction et le droit sur la gestion des données des autres pays. Le ministre des Affaires étrangères a demandé à ce que les participants ne s'engagent pas dans une surveillance de masse des autres pays ou acquièrent illégalement des informations sur des citoyens étrangers grâce aux technologies de l'information.

"Des règles mondiales sur la sécurité des données qui reflètent les vœux de tous les pays et respectent les intérêts de toutes les parties doivent être définies sur la base d'une participation universelle de toutes les parties", a affirmé Wang Yi. Mais il n'a pas plus détaillé la nature de cette initiative, ni établi de liste des pays souhaitant contribuer.

La Chine reprend l'argumentaire des Etats-Unis
Les règles dictées par Wang Yi pour la protection des données correspondent aux reproches faits par les Etats-Unis à la Chine afin de justifier leurs sanctions à l'égard des entreprises chinoises. "Certains pays pratiquent agressivement l'unilatéralisme en jetant le discrédit sur d'autres pays sous le prétexte de 'nettoyer' le marché et en menant une chasse mondiale sur des entreprises de premier plan d'autres pays sous un prétexte sécuritaire", a affirmé le ministre.

Cette annonce intervient alors que les Etats-Unis ont entamé un mouvement visant à interdire les applications chinoises déclarées comme non fiables via un programme baptisé "Clean Network", rappelle Reuters. Par exemple, Donald Trump souhaite que les activités américaines de TikTok, application de création et de partage de vidéo chinoise, soient vendues à une entreprise américaine. Des décrets ont été adoptés afin d'interdire cette application ainsi que le service de messagerie chinois WeChat.

Les tensions politiques et commerciales entre les Etats-Unis et la Chine sont vives depuis de nombreux mois. L'entreprise Huawei en fait aussi les frais et se voit exclure de nombreux réseaux 5G. La Chine n'est pas en position de force car elle fait preuve d'un protectionnisme extrêmement sévère depuis des dizaines d'années et s'est livrée pendant longtemps à un espionnage industriel décomplexé. De leur côté, les États-Unis n'ont pas non plus beaucoup de leçons à donner en ce qui concerne l'espionnage (qu'ils pratiquent même sur des nations alliées comme la France), et leur archanement sur les entreprises chinoises au mépris des règles risque de les désservir à long terme.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media