Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La chute des cours du pétrole pousse les pays du Golfe à booster l'entrepreneuriat

Les pays du Golfe tentent de booster l'entrepreneuriat. Objectif ? Créer un écosystème de start-up dynamiques, pour embaucher une population de jeune qui grossit, car la chute des cours du pétrole ne permet plus aux Etats de la région de les employer tous dans le secteur public. Mais la culture locale n'est pas forcément propice à l'innovation, souligne Bloomberg.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La chute des cours du pétrole pousse les pays du Golfe à booster l'entrepreneuriat
La chute des cours du pétrole pousse les pays du Golfe à booster l'entrepreneuriat © The_dead_pixel via Flickr cc

Les pays du Golfe font face à un nouveau challenge : ils doivent stimuler l'entrepreneuriat local car ils ne peuvent plus employer dans le secteur public suite à la baisse des cours du baril de Brent.

Le chômage pourrait augmenter dans la région

Jusqu'à présent, les trois quart de la population des six pays membres du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar) travaillait pour ces Etats. Les revenus tirés de la vente du pétrole leur ont permis de construire des villes ultra-modernes au milieu du désert, en faisant appel au savoir-faire d'entreprises étrangères et d'expatriés, qui composent plus de 75% de la force de travail des sociétés privées dans la région, souligne l'agence Bloomberg sur son site web dans un article daté du 8 mars.

Mais comme le souligne le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport publié en octobre 2014, faute de revenus pétroliers suffisants pour employer une population en pleine croissance, "le chômage pourrait augmenter dans les prochaines années". Près de 30% des jeunes vivant en Arabie Saoudite étaient déjà au chômage en 2012.

L'instabilité règlementaire nuit au développement des start-up

Les pays du Glofe ont donc décidé de prendre les choses en main : les Emirats arabes unis ont fait de 2015 l'année officielle de l'innovation. En 2013, l'entrepreneur Muhammed Mekki, à l'origine du site de e-commerce Namshi, a fondé AstroLabs, un accélérateur dont la branche dubaïote est soutenue par Google for Entrepreneurs, une division du géant du net. Entre 2013 et 2014, 58 entrepreneurs originaires des pays du Golfe ont intégré le programme de soutien aux start-up à Dubaï.

Mais la culture locale n'est pas propice à l'entrepreneuriat. Les personnes employées par le secteur public n'envisagent que rarement de quitter leur poste pour lancer une start-up. D'autant que l'environnement règlementaire est fréquemment transformé par différentes entités publiques, souligne Abdul Baset Al Janahi, qui dirige Dubai SME, une agence publique qui soutient les PME et les ETI. L'immobilier, souvent cher dans la région, est un obstacle supplémentaire à la création d'un écosystème dynamique de start-up.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale