Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La clinique Pasteur de Toulouse lance son accélérateur numérique : le HI-Lab

Très impliquée dans l'innovation digitale, la clinique Pasteur, à Toulouse, a décidé de structurer son accompagnement avec la création d'un accélérateur de projets : le HI-Lab, pour Health Innovation Laboratory.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La clinique Pasteur de Toulouse lance son accélérateur numérique : le HI-Lab
Derrière l'accélérateur Hi-Lab de la clinique Pasteur de Toulouse : Olivier Geoffroy, le professeur Atul Pathak et Dominique Pon (de gàd) © Clinique Pasteur

Deuxième clinique de France en termes de chiffre d'affaires (80 millions d'euros en 2014), la clinique Pasteur, à Toulouse, se positionne aussi comme un acteur de l'écosystème numérique régional. La clinique toulousaine a notamment contribué au développement du dossier patient informatisé. Ce projet a été conduit il y a une dizaine d'année, tout d'abord en interne, avant d'être externalisé au sein de la société toulousaine Web100T, dont le logiciel Dopasys est aujourd'hui l'un des plus utilisés dans les cliniques françaises. "C'est dans nos gènes, revendique Dominique Pon, le directeur de la clinique, nous avons ici une culture de l'innovation. Nous aimons prendre des projets, les accompagner et aboutir à la créations de nouvelles activités, voire, de nouvelles entreprises."

 

Faire avancer le dossier médical personnel

Actuellement, la clinique mène de front une demi-douzaine de projets très concrets, impliquant des start-up pour la plupart toulousaines. "Depuis un peu plus de 10 ans, la clinique investit en moyenne 2 à 3 millions d'euros dans ces projets d'innovation digitale", souligne Dominique Pon.

Parmi eux : la poursuite du partenariat avec Web100T, pour le développement de nouvelles briques logicielles pour continuer à faire évoluer le dossier patient informatisé ; le développement d'un système d'acquisition et de diffusion d'images médicales adapté aux blocs opératoires (avec caméras robotisés), en partenariat avec la société toulousaine Medinbox ; la création d'une plateforme de e-santé pour la prise en charge des patients en hospitalisation à domicile, avec un e-dossier partagé, en partenariat avec la société toulousaine MCCOMM, ou encore, le développement d'une solution de suivi de la cicatrisation des plaies chroniques, en partenariat avec la startup parisienne Clinigrid.

 

Des parcours de soins boostés à la réalité virtuelle

La clinique souhaite également faire entrer la réalité augmentée dans ses couloirs. Une solution est en cours de développement avec Ubleam. La startup, créée en 2011 à Labège, dans l'agglomération toulousaine, a développé un tag 3D, baptisé Bleam, qui supporte le déformation, ce qui lui permet d'être utilisé sur des supports souples ou courbes et qui peut être scanné à distance (jusqu'à 4 mètres de distance pour un tag de 10 centimètres de diamètre).

 

Le projet porte sur la mise en place d'un système de guidage destiné aux patients et aux familles de patients à partir d'une cinquantaine de panneaux, équipés de Bleam, répartis dans l'ensemble de la clinique. Cette solution de guidage intéresse déjà d'autres utilisateurs, notamment des aéroports et des centres commerciaux. La société américaine IHealth, qui fabrique et distribue des dispositifs médicaux connectés vient également de frapper à la porte de la clinique toulousaine pour expérimenter certains de ses dispositifs, notamment des glucomètres et tensiomètres connectés, dans le cadre de la plateforme de suivi de l'hospitalisation à domicile de la clinique.

 

Un accélérateur pour l'expérimentation

La clinique Pasteur souhaite maintenant passer à une nouvelle échelle. Avec la création, au sein même de la clinique, d'un accélérateur, baptisé Hi-Lab (pour Health Innovation Laboratory), l'objectif est de gagner en visibilité à l'échelle nationale et de se positionner très clairement comme un guichet de référence pour accélérer l'innovation dans la santé.

 

La clinique offre un terrain d'expérimentation, des bureaux dédiés et une équipe structurée, avec Atul Pathak, professeur en cardiologie comme directeur médical et Olivier Geoffroy, comme animateur des relations avec les industriels et les startups. Un chargé de projets devrait rejoindre l'équipe tout prochainement. L'ambition est à la fois d'attirer plus de projets et de gagner en attractivité auprès des investisseurs.

 

L'initiative, encouragée par la French Tech Toulouse, implique déjà des acteurs majeurs de la recherche. Deux premières conventions viennent d'être signées avec l'Ecole Polytechnique et avec l'Inria. "Avec le HI-Lab, nous allons amplifier notre démarche d'innovation. Nous accompagnons déjà 4 à 5 projets par an. D'ici 2 à 3 ans, cette dynamique devrait être facilement multipliée par 3", précise Dominique Pon.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale