Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Cloudwatt-Box, énième concurrent français de DropBox et Google Drive

Avec son premier service Cloudwatt-Box, la société de cloud souverain Cloudwatt propose aux entreprises une alternative à la solution de stockage de données de l’américain DropBox. Il garantit une localisation des données en France.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Cloudwatt-Box, énième concurrent français de DropBox et Google Drive
La Cloudwatt-Box, énième concurrent français de DropBox et Google Drive © Lawrence Berkeley National Laboratory - Flickr

C’est son baptême de feu. Cloudwatt a choisi de débuter son activité commerciale par le stockage dans le cloud en lançant Cloudwatt-Box, un service de stockage, de partage et de synchronisation des données en ligne pour les entreprises. Le PDG Patrick Stark le présente comme une alternative sécurisée à DropBox, SkyDrive et autre Google Drive. "Beaucoup de collaborateurs utilisent pour leurs besoins professionnels ces solutions, souvent à l’insu de leurs entreprises, ce qui est un danger, estime-t-il. Même IBM interdit à ses employés l’emploi de DropBox. Ne serait-ce qu’à cause du problème de traçabilité des données que cela pose. Lorsque le salarié part, des données sensibles de l’entreprise, assujetties à la réglementation, restent sur ce site. Sans le savoir, l’entreprise se trouve alors en situation de non-conformité vis-à-vis de la réglementation."

Aucun scannage ou profilage de données

En développement depuis plus d’un an, Cloudwatt-Box se différencie de DropBox et autres services américains similaires par la localisation des données en France. Il s’appuie en effet sur le tout nouveau datacenter d’Orange à Val-de-Reuil, en Normandie, et un second datacenter en propre loué à un hébergeur informatique, dans la région parisienne. L’entreprise utilisatrice est ainsi à l’abri du Patriot Act, qui donne au gouvernement étanusien un accès aux données gérées par les fournisseurs américains. "Il n’y a aucun scannage ou profilage des données, ajoute Patrick Starck [NDR. Une allusion notamment à Google Drive, qui scanne les données stockées à des fins publicitaires]. Les entreprises peuvent proposer à leurs salariés une solution aussi simple à utiliser que DropBox, tout en assurant le contrôle et la sécurité de leurs données."

En bêta test depuis avril 2012, le service Cloudwatt-Box s’appuie sur des logiciels Open Source issus de la fondation OpenStack. Il propose un espace de stockage gratuit jusqu’à 50 Go puis payant au-delà de cette capacité.

De nombreux acteurs français

Selon le cabinet IDC, le marché français du stockage en ligne devrait passer de 105 millions d’euros en 2012 à 340 millions en 2016. "Il serait aujourd’hui dominé à 60-70 % par les acteurs américains", estime Sébastien Lamour, analyste sénior chez IDC France. Mais les révélations sur le programme d’espionnage américain Prism créent une prise de conscience en entreprises des enjeux de la sécurité des données et ouvrent une belle opportunité pour les services alternatifs français. C’est pour répondre à ce besoin que Cloudwatt a été fondée en 2012 par Orange et Thales avec la participation de l’État, au même temps que Numergy par SFR et Bull. L’objectif de Patrick Starck est d’atteindre 400 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, dont environ 10 % dans le stockage en ligne.

Mais Cloudwatt n’arrive pas sur un terrain vierge. Il devra partager le gâteau avec autres acteurs français, qui proposent déjà des solutions de même type, sans le soutien de l’État : OVH (service OVH Cloud Storage), Oodrive (iExtranet), Ikoula (Ikeepincloud), Linea (Bajoo), Pydio, etc. Sans compter des géants comme Orange, SFR, Bouygues Telecom, Atos ou La Poste. La bataille du stockage en ligne s’annonce rude.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Pau
27/01/2014 18h10 - Pau

Dans les solutions similaires françaises et destinées aux entreprises, il existe aussi NumSync de la société Numvision.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale