Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Commission européenne veut créer un "droit à la réparation" pour les appareils électroniques dès 2021

L’Union européenne compte étendre le "droit à la réparation" aux appareils électroniques grand public d’ici à 2021. Cette disposition s'inscrit dans le cadre de son pacte vert et vise à allonger la durée de vie des produits pour limiter le recours aux ressources naturelles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Commission européenne veut créer un droit à la réparation pour les appareils électroniques dès 2021
La Commission européenne veut créer un "droit à la réparation" pour les appareils électroniques dès 2021 © Unsplash / Ali Abdul Rahman

La Commission européenne a fait savoir mercredi 11 mars 2020 qu’elle souhaite instaurer un "droit à la réparation" d’ici à 2021. Cette disposition s’inscrit dans le cadre de son plan d’action en faveur de l’économie circulaire, pensé pour améliorer la recyclabilité des produits et donc réduire la consommation de ressources naturelles à l’échelle communautaire. Seront concernés les téléphones, tablettes et ordinateurs portables.

 

ALLONGER LA DURéE DE VIE

Ce droit à la réparation n’est pas nouveau, puisque l’électroménager est déjà encadré depuis 2019. La Commission von der Leyen, qui dit avoir fait de "la transition écologique une priorité", veut aller plus loin pour faire de l’Union européenne un territoire "neutre en carbone d’ici à 2050". La fabrication des appareils électroniques nécessite en effet une grande quantité de terres rares, dont l’extraction pollue et la recyclabilité reste incertaine. Cette initiative est donc un levier d’action important et immédiat pour encourager les Européens à raisonner leur consommation. Seuls 40% des appareils électroniques grand public sur le continent seraient recyclables à date, relève The Guardian.
 

Concrètement, ce droit nouveau à la réparation pourrait contraindre les constructeurs à intégrer, dès la conception d’un produit, la possibilité pour l’utilisateur de changer certaines pièces. "Notre but est d’augmenter le cycle de vie des produits, qu’ils aient des pièces remplaçables et réparables, ce qui permettrait aux consommateurs de choisir s’ils souhaitent utiliser leurs appareils plus longtemps", a ainsi souligné Virginijus Sinkevicius, commissaire européen à l’Environnement, ajoutant que ce droit "est souhaité par tous les consommateurs". Les entreprises vertueuses en la matière se verront aussi octroyer un certain nombre d'avantages qui n’ont pas encore été détaillés par l’institution.
 

"Ces dispositions limiteront les usages uniques, permettront de lutter contre l’obsolescence prématurée et interdiront la destruction des marchandises durables invendues", a détaillé dans un communiqué l’exécutif européen. Ces mesures ciblant les entreprises technologiques font partie d’un ensemble de choix politiques stratégiques. De nouvelles règles viendront encadrer la collecte et le recyclage des batteries. Et des arbitrages seront publiés courant 2021 pour des secteurs aussi variés que le textile ou le BTP. "L’économie reste linéaire, puisque seules 12% des matières et ressources secondaires y sont réintroduites. Pour arriver à la neutralité climatique d’ici à 2050, préserver notre environnement naturel et renforcer notre compétitivité, notre économie doit devenir totalement circulaire", a expliqué Frans Timmermans, vice-président de la Commission en charge du Green New Deal.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media