Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La continuité du service est-elle assurée lorsqu'un véhicule connecté franchit une frontière ?

Le projet européen 5G CroCo, réunissant opérateurs de réseaux mobiles, constructeurs et équipementiers automobiles et fournisseurs de télécommunications sont impliqués visait à évaluer la continuité du service lorsqu'un véhicule connecté franchit une frontière. Trois cas d'usages ont particulièrement été testé : la conduite à distance d'un véhicule, la mise à jour de cartographie HD et l'anticipation de collision coopérative.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La continuité du service est-elle assurée lorsqu'un véhicule connecté franchit une frontière ?
La continuité du service est-elle assurée lorsqu'un véhicule connecté franchit une frontière ? © Unsplash - Nathan Anderson

Comment réagissent les véhicules autonomes et connectés lors des franchissements de frontières ? Le projet 5G CroCo, pour 'Fifth Generation Cross-Border Control', s'est penché sur cette question. Ce projet européen a vu le jour en novembre 2018 et réuni 24 partenaires provenant de sept pays européens dont Stellantis, Ericsson, Orange, Renault et Bosch. 17 millions d'euros, dont 13 millions d'euros provenant de la Commission européenne dans le cadre du 5G PPP (partenariat public-privé 5G), ont été alloués au 5G Croco. Opérateurs de réseaux mobiles, constructeurs et équipementiers automobiles, fournisseurs de télécommunications sont impliqués.

Contrôle à distance d'un véhicule
Le projet 5G Croco a mené des essais le 21 octobre 2021. Trois cas d'usages ont été testés sur des routes reliant les villes de Metz, Merzig et Luxembourg en France, en Allemagne et au Luxembourg. Le premier est un scénario de conduite à distance ou le véhicule est piloté depuis un centre de commandement. Une connexion est établie entre ce centre de commandement et le véhicule via un réseau mobile 5G.

Le deuxième concerne la mise à jour de cartes HD par l'envoie d'informations par les véhicules, la fusion de ces données, et le maintien d'une carte HD précise qui est ensuite transmise aux autres véhicules aves les changements éventuels de marquage au sol ou de signalisation. Le troisième scénario est de l'anticipation de collision coopérative. L'idée est de communiquer les événements routiers, comme les embouteillages ou les pannes, aux véhicules à proximité afin qu'ils puissent anticiper l'événement et s'adapter avec des freinages progressifs qui induisent des réactions plus fluides.

Un transfert transparent du réseau mobilité
A l'occasion de ces trois cas d'usages, les partenaires ont conclu que "le transfert transfrontalier du réseau mobilité entre les opérateurs fonctionne de manière transparente". Ericsson, qui fournit des équipements 5G, ajoute qu'une autre conclusion de ce projet est que "l'utilisation des réseaux 5G est essentielle pour réduire la latence de bout-en-bout". L'entreprise suédoise de télécommunication ajoute qu'une augmentation significative des vitesses de transmission a été mesurée lors les tests.

De ces tests il ressort également une bonne continuité du service lors des franchissements de frontière. La technologie mobile edge computing permet d'obtenir des délais plus stables encore que lorsque l'on s'appuie sur un réseau public. Les partenaires du consortium espèrent pouvoir contribuer à la définition de la politique et de la réglementation du spectre 5G utilisé pour les véhicules connectés et autonomes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.