Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La cybersécurité du Finistère se structure autour d’une charte commune

Pour les petites entreprises de prestataires informatiques, il peut être difficile de faire valoir son savoir-faire en cybersécurité. Dans le Finistère, la CCI Bretagne-Ouest met en place une charte de bonnes pratiques pour permettre à ces entreprises de mettre en avant leurs respect des normes et des principes de la Cnil et de l’Anssi.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La cybersécurité du Finistère se structure autour d’une charte commune
La cybersécurité du Finistère se structure autour d’une charte commune

Comment démontrer ses bonnes pratiques en matière de cybersécurité lorsque l’on est une petite entreprise informatique et que les normes ISO représentent un investissement trop important ? Dans le Finistère, la solution pourrait passer par la Chambre du commerce et de l’industrie. En effet, la CCI Bretagne Ouest s’est lancée dans une initiative unique : la création d’une charte de cybersécurité pour les prestataires informatiques de son territoire.

"Nous voulons toucher les gens qui pensent que l’on appelle un gestionnaire de service informatique comme un plombier, le jour où il y a un problème, explique Philippe Dincuff, gérant d’Agessi, l’une des huit entreprises qui ont rédigé la charte. Pour les PME et les TPE, un prestataire en cybersécurité n’est pas important et le jour où ils comprennent qu’ils sont vulnérables, ils ne possèdent pas les mots clefs et les codes pour nous trouver." Cette charte, labellisée par la CCI et l’Anssi devrait permettre de créer des ponts entre les entreprises locales.

 

Un exemple local voué à se répliquer

Concrètement, les signataires de la charte s’engagent à respecter les bonnes pratiques de travail posées par la Cnil et l’ANSSI. "Cela se fait sur la base du volontariat et n’engage pas les adhérents au niveau juridique, explique Régis Lechien, avocat spécialisé du numérique qui a participé à l’élaboration de la charte. Malgré tout, la charte peut devenir une circonstance aggravante dans le cas où un client pense que son prestataire ne l’a pas assez accompagné dans les risques informatiques."

 

L’outil permet également de signaler auprès de la CCI les adhérents qui n’auraient pas respecté les bonnes pratiques de cybersécurité. "Nous n’allons pas nous arrêter là, ajoute Maitre Lechien. D’ici à l’été 2018, la charte va se doter d’un comité de pilotage, afin de pouvoir sélectionner les futurs entrants." La formule, mêlant inscription volontaire et promotion de la cybersécurité dans le tissu local, insiste également sur la réplicabilité de l’expérience. La CCI de Rouen s’est d’ailleurs déclarée intéressée pour adapter cet outil à son propre territoire.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale