Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Android et abus de position dominante : une amende de l'UE très salée pend au nez de Google

Vu ailleurs Deux ans après avoir formellement présenté ses griefs à Google, la Commission européenne pourrait rendre son jugement dès le mois prochain concernant son abus de position dominante avec Android. Il pourrait se traduire par une amende d'un montant plus élevé que les 2,42 milliards d'euros dont avait déjà écopé Google pour ses pratiques anticoncurrentielles avec son moteur de recherche.    
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Android et abus de position dominante : une amende de l'UE très salée pend au nez de Google
Android et abus de position dominante : une amende de l'UE très salée pend au nez de Google © Intel Free Press

Un jugement pourrait avoir lieu dès le mois prochain dans l'affaire d'abus de position dominante dont la Commission européenne accuse Google au sujet d'Android, son système d'exploitation pour smartphones. Et d'après les informations de plusieurs médias, dont le Financial Times et Politico, l'amende risque d'être salée pour la firme de Mountain View. Son montant n'est pas connu, mais il pourrait dépasser les 2,42 milliards d'euros auquel Google a été condamné dans sa précédente affaire (qui concernait son moteur de recherche).

 

Des pratiques qui nuisent aux constructeurs de smartphones

Le cas est en cours d'instruction depuis plus de deux ans et se concentre sur les pratiques anticoncurrentielles et le double discours de Google, qui met en avant la nature "open source" d'Android tout en verrouillant la plate-forme pour imposer l'utilisation de ses services (notamment Google Search et Google Chrome). Ceux qui en pâtissent sont les constructeurs de smartphones et tablettes, dont les marges sur la vente des appareils sont devenues très faibles, la majeure partie des revenus provenant des applications (sur lesquelles Google exercent un contrôle strict). Cela vaut d'autant plus que Google a par le passé tenté de décourager les constructeurs d'explorer l'utilisation d'autres systèmes d'exploitation.

 

Outre l'amende, qui ne serait pas dramatique pour une entreprise de la taille de Google, la Commission pourrait surtout exiger que Google arrête de grouper l'utilisation de ses services. Une situation qui n'est pas sans rappeler celle de Microsoft avec Internet Explorer au début des années 2000. Il faut dire que l'impact d'Android sur les citoyens européens n'est pas négligeable, l'OS équipant plus de 75% des smartphones dans l'Union européenne.

 

Apple, Amazon et Facebook sont aussi dans le colimateur de la Commission

Google n'est pas le seul géant technologique américain que la Commission européenne a dans le viseur. Apple et Amazon ont été épinglés pour des pratiques abusives en matière de taxation et d'aide gouvernementale respectivement en Irlande et au Luxembourg (Apple en particulier doit rembourser 13 milliards d'euros). De son côté, Facebook s'est vu infliger une amende de 110 millions d'euros pour des irrégularités lors de son rachat de WhatsApp, et n'est pas hors de danger concernant son utilisation des données personnelles de ses utilisateurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale