Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La deep tech Prophesee annonce un partenariat avec Sony pour son capteur neuromorphique

La start-up française Prophesee passe à la vitesse supérieure. Elle annonce un partenariat avec Sony pour la production de son prochain capteur neuromorphique, qui a la faculté de détecter un changement dans une scène pixel par pixel et avec une très haute fréquence. De quoi s'attaquer à des marchés à gros volumes : internet des objets, robotique ou caméras de surveillance.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La deep tech Prophesee annonce un partenariat avec Sony pour son capteur neuromorphique
La deep tech Prophesee annonce un partenariat avec Sony pour son capteur neuromorphique © Prophesee

La start-up française Prophesee annonce la quatrième génération de son capteur Metavision ce 19 février 2020. Il s'agit d'une évolution majeure développée grâce à un partenariat avec Sony. "Nous sommes très fiers d'avoir été choisis par Sony, déclare à L'Usine Digitale Luca Verre, cofondateur et CEO de Prophesee. Ce nouveau capteur combinera notre technologie neuromorphique avec les capacités de fabrication très avancée de Sony, qui est leader du marché des capteurs CMOS."

 

Trois ans de recherches conjointes

Ce partenariat fait suite à des recherches conjointes engagées depuis 2017, dont les résultats ont été présentés par Prophesee lors de l'International Solid-State Circuits Conference (ISSCC), qui se déroule en ce moment à San Francisco. Le nouveau capteur bénéficie de la technologie de superposition de puces développée par Sony. Plutôt que d'avoir un capteur d'image placé à côté du circuit logique, il est positionné directement au-dessus et les deux sont interconnectés par des tampons en cuivre. Cette technologie avait été annoncée par le Japonais en décembre 2016.

 

 

10 fois plus compact

"En plaçant la photodiode au-dessus du circuit, nous avons pu réduire la surface effective du capteur par un facteur 10, s'enthousiasme Luca Verre. Cela va nous permettre de rentrer dans des marchés demandant des volumes beaucoup plus larges, comme les objets connectés, la surveillance, la robotique et les casques de réalité virtuelle et augmentée." Une réduction de taille qui s'accompagne mécaniquement d'une baisse du coût de fabrication, même si les partenaires ne communiquent pas encore sur le prix du capteur à la vente. "Le coût de production sera proche de celui des capteurs classiques du marché", commente Luca Verre.

 

 

Outre la taille du capteur, ses performances vont aussi connaître un bond en avant. Sa résolution est désormais de 1280 x 720, et ses pixels font chacun 4,86 microns de long. Sa gamme dynamique est de 124 dB, et les technologies de réduction de bruit mises au point par Sony lui permettent de fonctionner même dans des conditions de basse luminosité (40 millilux).

 

 

Détection d'événements à très haute vitesse

Le principe du capteur est autrement toujours le même : les pixels sont indépendants les uns des autres et asynchrones, si bien que chaque pixel ne s'active que s'il détecte un changement dans la scène en observation. Cette approche dite "par évènement" permet de capturer des informations beaucoup plus rapidement qu'avec un capteur d'image traditionnel, sans générer de grandes quantités de données et sans consommer beaucoup d'énergie. En l'occurence ce nouveau capteur pourra capturer 100 000 événements par seconde en consommant 32 milliwatts ou 300 millions d'événements par seconde en consommant 73 mW.

 

 

La date de commercialisation n'a pas été communiquée, mais les premiers échantillons arriveront sur le marché en 2020. Questionné par nos soins sur la dimension stratégique du partenariat pour l'avenir de Prophesee, Luca Verre répond prudemment. "Nous allons continuer à innover et disrupter le marché. Notre chemin pourra se faire avec eux ou avec d'autres partenaires."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media