Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La députée Laure de la Raudière devrait prendre la tête de l'Arcep

Laure de la Raudière, députée Agir d'Eure-et-Loir, a été désignée par Emmanuel Macron pour prendre la tête de l'Arcep à la suite de Sébastien Soriano dont le mandat de six ans non renouvelable a pris fin. La députée doit encore recevoir l'aval des deux assemblées avant d'être officiellement nommée à la présidence du gendarme des télécoms français. Avec son profile plus politique que celui de ses prédécesseurs, Laure de la Raudière a aussi de solides connaissances dans le numérique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La députée Laure de la Raudière devrait prendre la tête de l'Arcep
La députée Laure de la Raudière devrait prendre la tête de l'Arcep © Laure de La Raudière / Twitter

Emmanuel Macron a désigné Laure de la Raudière pour diriger l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep). La députée Agir d'Eure-et-Loir, qui doit encore obtenir l'aval des deux assemblées, pourrait ainsi devenir la première femme à diriger le gendarme des télécoms.

Un profile plus politique
L'autorité indépendante est principalement chargée de la régulation des réseaux de télécoms français. Mais elle est aussi garante de la neutralité de l'Internet, de l'accélération de la couverture du numérique sur l'Hexagone ou encore de la régulation du secteur postal.

Le mandat Sébastien Soriano, nommé pour 6 ans non renouvelable, a pris fin le 4 janvier. Ce dernier, comme ses prédécesseurs à la tête de l'Arcep avait un profil plus technocratique que Laure de la Raudière. Toutefois, si son profile est politique, Laure de la Raudière maîtrise bien les sujets traités par l'Arcep. Formée à l'ENS elle a aussi obtenu un diplôme de Télécom Paris.

Au fait des dossiers sur le numérique
Elle travaille 11 ans chez France Télécoms (actuel Orange), dont plusieurs années au poste de directrice départementale d'Eure et Loire. Son parcours se poursuit ensuite en tant qu'associée au sein de la start-up Pertinence Data Intelligence. Puis, en 2003, elle fonde Madisy, une entreprise de conseil en réseaux, télécommunications et infrastructure. En 2006, avant de se faire élire députée un an plus tard, elle est nommée directrice générale de la société spécialisée en conseils en infrastructures et réseaux Navigacom.

Arrivée à l'Assemblée Nationale et au fait des dossiers sur le numérique, Laure de la Raudière s'exprime sur l'importance de la neutralité de l'Internet, du big data, de l’intelligence artificielle ou encore des objets connectée, rapporte Le Monde. Elle est rapporteuse de rapports sur la couverture mobile et numérique en France et plaide pour l'accélération du très haut débit sur l'ensemble du territoire ainsi que pour l'accélération de la transformation numérique des TPE et PME.

Xavier Niel critique sur cette nomination
Des thématiques qui seront au cœur de son mandat à l'Arcep puisque l'autorité doit veiller au déploiement rapide du très haut débit sur l'ensemble du territoire ainsi que de la 5G. En parallèle, Laure de la Raudière devra s'imposer face aux opérateurs. Xavier Niel, le patron de Free (Iliad), a récemment déclaré sur BFM Business (avant que l'annonce de cette nomination soit officielle) : "Je pense qu'on a besoin d'un homme ou d'une femme qui connaisse aussi bien les télécoms que Laure de La Raudière mais qui n'ait pas travaillé dans le secteur, ça serait mieux".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media