Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La DGNum : vers une révolution numérique du ministère des Armées

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le ministère des Armées prend la mesure de la révolution numérique et met en place la Direction générale du numérique et des systèmes d’information et de communication (DGNum), dont le décret fondateur vient d’être signé par le Premier ministre. Cette nouvelle Direction est directement rattachée à Florence Parly, ministre des Armées.  

La DGNum : vers une révolution numérique du ministère des Armées
La DGNum : vers une révolution numérique du ministère des Armées © Ministère des Armées

Issue d’une volonté commune du Président de la République et de la ministre, le ministère des Armées évolue et subit une grande transformation numérique, que Florence Parly, ministre des Armées, souhaitait d’ailleurs depuis fin novembre 2017. La DGNum remplace dès lors la Direction générale des systèmes d’information et de communication (DGSIC), créée en 2006, qui avait un rôle de prescripteur et ne pouvait donc pas gérer la mise en application par les organismes

Il s’agit donc d’une refonte et la nouvelle Direction peut à présent vérifier que les clauses techniques sont respectées, de nouveaux leviers lui permettant d’arbitrer. Ce n’est plus un organisme consultatif, bien qu’elle reste dans une logique de coordination et de discussion, car elle se doit d’assurer la cohérence globale des systèmes d’information et de communication du ministère des Armées, tout en améliorant les conditions dans lesquelles sont conduits les projets.

 

Une transition numérique indispensable

L’évolution constante du domaine du numérique en France entraîne d’une part un bouleversement profond des usages et corrélativement, une évolution des attentes des citoyens et des agents. S’ajoute à cela l’apparition de nouvelles menaces et une recomposition des formes de conflits. Pour répondre à ces défis et ainsi se placer au premier plan de la transformation numérique, le ministère des Armées s’est fixé trois objectifs : garantir la supériorité opérationnelle et la maîtrise de l’information sur les théâtres d’opérations ; renforcer l’efficience des soutiens et faciliter le quotidien des personnels ; et améliorer la relation au citoyen et l’attractivité du ministère.

Pour mener à bien cette transformation numérique et atteindre les objectifs fixés, le ministère doit relever trois défis, à savoir : la maîtrise et le traitement de la donnée, la refondation d’un socle numérique sécurisé et performant et enfin offrir à chacun la possibilité d’apprendre et de s’approprier de nouveaux usages dans son métier.

 

Le Directeur général du numérique, patron de la data

Avec ce changement de Direction, le Directeur général du numérique devient administrateur ministériel des données du ministère des Armées. A travers ce nouveau rôle, il est chargé de fixer le cadre réglementaire dans lequel va s'inscrire l'exploitation des données, dans le respect de la législation sur les données personnelles et les niveaux de confidentialité, briser les silos par la mise en place de data lakes et faire oeuvre d'acculturation auprès des responsables du ministère. Des cas d'usages ont déjà été identifiés, en lien avec la maintenance aéronautique ou la reconversion des militaires.

 

Rénover l’intranet pour favoriser l’échange de data interministériel

Pour maximiser la cybersécurité et accueillir les nouveaux usages découlant de la transformation numérique,  la rénovation de l'intranet du ministère, "Intradef", est indispensable. Cette tâche passe à la fois par une mission dédiée, la "Mission de sécurisation et de refondation du réseau Intradef", lancée en février 2018 ; mais aussi par la mise en place des briques du projet Défense Plateforme. Ce  projet a pour objectif d'offrir un socle technique commun à l'ensemble des systèmes d'informations du ministère, notamment à travers de la Passerelle d'Echange Sécurisée (PES), qui vise à maîtriser les échanges de données entre l'intranet et l'Intradef, sous un haut niveau de sécurité. 

 

Une évolution des compétences des agents

Enfin, la transformation numérique du ministère des Armées, doit s'opérer via une évolution en profondeur des métiers. Et ce, en faisant en sorte que l’ensemble des initiatives des transformations de métiers converge vers une même cible. Car selon le ministère, c'est en créant des conditions favorables au développement des compétences que chacun pourra évoluer professionnellement et ainsi, être acteur de la transformation numérique.

La DGNum, dirigée par le Vice-amiral d'escadre Coustillière, est actuellement constituée d’une équipe de 50 personnes, civils et militaires, experts dans les domaines numérique et informatique. Cet effectif devrait évoluer à environ 60 agents d’ici fin 2018 ou début 2019, en raison d’un besoin de qualifications spécifiques, tels que des superviseurs, des juristes, ou même des professionnels de la gestion de projets en lien, par exemple, avec la fabrique numérique.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale