Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le gouvernement veut multiplier les expérimentations sur la 5G : voici comment !

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Expérimentations, attributions des fréquences, couverture… Le gouvernement a présenté avec l'Arcep lundi 16 juillet 2018 sa feuille de route pour faciliter le développement et le déploiement de la 5G en France.

Le gouvernement veut multiplier les expérimentations sur la 5G : voici comment !
Le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi (photo), le président de l'Arcep Sébastien Soriano et la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances Delphine Gény-Stephann ont présenté la feuille de route du gouvernement sur la 5G. © Twitter @mounir

Le gouvernement a présenté lundi 16 juillet 2018 sa feuille de route pour faciliter le développement et le déploiement de la 5G. Etaient présents pour détailler cette feuille de route : Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, et le président de l'Arcep Sébastien Soriano.

Le gouvernement a mis en avant quatre chantiers prioritaires : la libération et l'attribution des fréquences, le développement de nouveaux usages, l'accompagnement du déploiement des infrastructures et assurer la transparence et le dialogue sur les déploiements de la 5G et l’exposition du public. Focus sur les deux premiers chantiers du gouvernement.

 

A la recherche de nouveaux usages

Très faible latence, plus grande capacité, possibilité de découper le réseau… Les caractéristiques de la 5G offrent de nouvelles perspectives aux entreprises. A elles, en lien avec les opérateurs de télécoms, de tester les applications qui peuvent être faites. Par exemple, Bouygues a fait de Bordeaux sont terrain de jeu en y réalisant ses premières expérimentations en conditions réelles le 3 juillet 2018. Le gouvernement veut multiplier ces projets pilotes sur tout le territoire et ambitionne même "d'accueillir des premières mondiales d’application de la 5G dans les domaines industriels".

 

Dans ce cadre, onze nouvelles expérimentations en Île-de-France ont été annoncées. C'est le cas d'Orange et Bouygues, en partenariat avec l'UTAC Ceram, qui vont explorer les usages rendus possibles par la 5G pour les services liés à la voiture connectée sur l'autodrome de Linas Montlhéry. Ou de Nokia, Vedecom et leur partenaires du projet "5G véhicules autonomes Saclay", qui vont comparer les différentes technologies IT, G5, LTE et 5G et voir laquelle est la meilleure pour fournir une couverture radio à des véhicules autonomes dans des trajets péri-urbains.

 

L'Arcep en a profité pour rappeler avoir ouvert un guichet "pilotes 5G" en janvier 2018. Avec ce guichet, l'Arcep attribue aux acteurs intéressés des bandes de fréquences pour tester des déploiements grandeur nature. Ces expérimentations permettront de connaître les usages possibles de la 5G et d'y voir plus clair sur la typologie d'acteurs intéressés.

 

Des fréquences attribuées en 2020

Si les premiers équipements compatibles 5G sont attendus pour 2019, les fréquences seront attribuées dès 2020 et les déploiements commerciaux devront concerner au moins une grande ville.  Mais le gouvernement ne sait pas encore quelle sera la couverture de la 5G sur tout le territoire. Seuls les grandes agglomérations et les centres industriels seront-ils concernés ? Une chose est sûre, le gouvernement a affirmé que les principaux axes de transports devront être couverts en 5G d'ici 2025.

 

Pour se faire, il va falloir, pendant l'année 2019, libérer progressivement des bandes de fréquences. Mais pas seulement. L'Arcep, en concertation avec le gouvernement, va devoir se pencher sur la définition de critères pour attribuer les fréquences : mécanismes d’attribution, taille des lots, plafonds de quantité de fréquences attribuables par acteur, et éventuelles obligations associées aux autorisations. Des critères d'autant plus importants qu'au-delà des opérateurs de télécoms traditionnels, de nouveaux acteurs pourraient être intéressés par l'attribution de ces fréquences. Une consultation publique sera lancée par l'Arcep sur ce sujet en octobre 2018.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale