Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La feuille de route numérique de la France tient en 18 mesures

Lors d’un séminaire gouvernemental délocalisé à Gennevilliers, Jean-Marc Ayrault a présenté la feuille de route numérique du gouvernement. Elle tient en 18 mesures et trois grands objectifs :  la formation, la croissance économique et le droit des données.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La feuille de route numérique de la France tient en 18 mesures
La feuille de route numérique de la France tient en 18 mesures © Brnzwngs - Flickr - C.C.

Peu de surprise dans la feuille de route numérique présentée par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, lors du très attendu séminaire interministériel (10 ministres présents) organisé sur le campus de Gennevilliers de l’Université de Cergy-Pontoise. Pas par hasard. "Si nous avons choisi de lieu, c’est que l’université a su tisser de très larges liens [..] Elle a aussi a créé un Fablab. Elle est représentative des ambitions que le gouvernement souhaite porter dans ce domaine", s’est expliqué Jean-Marc Ayrault, dans son discours de clôture. Ce domaine, c’est forcément la formation de la jeunesse, le premier des trois objectifs de la stratégie numérique. Il se décline en 5 mesures, dont la formation en deux ans de 150 000 enseignants aux usages du numérique (mesure 2), le lancement du projet “France Universités Numériques” à la rentrée 2013 (mesure 3). "Geneviève Fioraso (ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche) va présenter un plan dès la rentrée prochaine pour former au moins 3000 jeunes supplémentaires par an, a annoncé le premier ministre. Et pour les jeunes moins qualifiés, nous voulons leur proposer 2000 emplois d’avenir dans les espaces publiques numériques" (mesures 4 et 5). Charge à Pôle Emploi et aux conseils régionaux d’assurer la formation.

Cinq technologies et le très haut débit

Le deuxième objectif vise à renforcer la compétitivité des entreprises grâce au numérique, avec en premier lieu la création de quartiers numériques dans 15 villes de France (mesure 6), en commençant dès cette année par Paris (ou sa proche banlieue, on ne sait toujours pas). Le plan numérique mise aussi sur les technologies et les infrastructures : soutien de 150 millions d’euros à la recherche et à l’innovation "dans cinq domaines dont les objets connectés" (mesure 7), et surtout le plan de 20 milliards d’investissements publics et privés, pour couvrir la France à très haut débit d’ici à 2022 (mesure 9). Mais le Premier ministre rappelle aussi les 300 millions d’euros de prêts bonifiés pour la “numérisation” des PME/ETI (mesure 8).

Des lois en chantiers

Enfin, troisième volet, la promotion "de nos valeurs dans la société et l’économie numérique." Au programme, le développement des Espaces Publics Numériques pour faciliter l’accès aux outils numériques (mesure 11), la formation des demandeurs d’emplois et le rétablissement de la souveraineté fiscale (mesure 12). "Nous avons ouvert la discussion dans les instances internationales ", se félicite Jean-Marc Ayrault. Une loi sur la protection des droits et des libertés numériques "sera aussi soumise au parlement dès l’année prochaine" (mesure 13). L’ouverture de plus de données publiques est aussi au programme (mesure 15), "avec la mise en ligne des aides à la presse, des attributaires des marchés publics ou des bases de données sur les marques et les brevets, et en 2013, l’identification des données publiques que l’on peut mettre à disposition dans le domaine de la santé, des transports et de l’éducation."

Etonnement, le Premier ministre n’a pas cité la modernisation de l’offre de soin, qui passera bien par des territoires de soins numérique (mesure 17). Un appel à projets sera lancé en 2013 et doté d’un financement de 80 millions d’euros dans le cadre du Programme d’Investissements d’avenir. En revanche il a abordé les questions de rémunération des droits des auteurs sur internet (mission Lescure). Moins attendu, Jean-Marc Ayrault a annoncé le contrôle de l’exportation des outils de surveillance d’internet (mesure 18). 

Rendez-vous dans un an

Une feuille de route concentrée en 18 mesures, c’est plus raisonnable que les 57 du plan France numérique 2020 ou les 154 du plan France numérique 2012 du précédent gouvernement. "Mais nous sommes sur tous les fronts du numérique. Et ce front est large. Il faut avoir une politique globale. Et ne pas la limiter aux infrastructures", a toutefois précisé le Premier ministre. Cette feuille de route semble pourtant incomplète. Car si Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’économie numérique est chargée de suivre les chantiers lancés, rendez-vous est pris pour un nouveau séminaire l’année prochaine. Car tous les ministres étaient censés remonter leurs actions possibles en matière de numérique dans et pour leur ministère, notamment en matière d’économie budgétaire. Apparemment tous n’ont pas rendu leur copie.

Aurélie Barbaux

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.