Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La fintech Finfrog lève 5 millions d’euros pour sa solution de micro-crédit instantané

Levée de fonds La fintech française Finfrog annonce ce 1er juillet 2020 une levée de fonds de 5 millions d’euros menée par Raise Ventures. La start-up, qui avait levé 3 millions d’euros en 2019, veut poursuivre le déploiement de sa solution d’accompagnement budgétaire personnalisé qui répond en temps réel aux actifs indépendants.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La fintech Finfrog lève 5 millions d’euros pour sa solution de micro-crédit instantané
La fintech Finfrog lève 5 millions d’euros pour sa solution de micro-crédit instantané © Finfrog

La fintech française Finfrog annonce ce 1er juillet 2020 une levée de fonds de 5 millions d’euros menée par Raise Ventures. Cet argent frais permettra à Finfrog de poursuivre le développement de sa solution, qui repose sur des technologies d’intelligence artificielle, et renforcer son outil d’accompagnement budgétaire personnalisé.

Elle ambitionne également d'accélérer dans le développement de son offre en BtoB sur le territoire français à travers le développement de nouveaux partenariats sur de nouvelles verticales, ainsi qu’en Europe.

Modélisation du risque
Créée en 2016, Finfrog s’est positionnée sur une offre de microcrédits entre particuliers destinée aux freelances, salariés en CDD, intérimaires ou jeunes actifs. Elle souhaite répondre à la problématique des découverts, qui concernent, selon Panorabanque, plus de 10 millions de Français chaque mois – soit un actif sur quatre – avec un montant mensuel moyen du découvert qui s'élève à 360 euros.

La fintech propose ainsi une solution microcrédit avec des montants variant de 100 à 600 euros afin de couvrir les besoins urgents des travailleurs indépendants et par la même occasion éviter de leur faire payer les frais liés au découvert bancaire, qui s’élèvent en moyenne à 45 euros par découvert. Ces micro-prêts, accordés rapidement et de courte durée, sont "10 fois moins chers que le découvert bancaire", avance Finfrog. Ils sont remboursables en deux ou trois mensualités.

Pour ce faire, la jeune pousse a investi plusieurs années en R&D pour développer des algorithmes propriétaires de machine learning afin de modéliser le risque. "Ces investissements ont permis à finfrog d'occuper un terrain aujourd'hui délaissé par les banques qui n'ont pas adapté leurs méthodes d'octroi de crédit aux évolutions du monde du travail et de la société", explique-t-elle. Freelances, intérimaires, étudiants mais aussi salariés en CDI, sa plateforme vise à accompagner financièrement "une population aujourd'hui fortement prescriptrice de solutions de financement alternatives", poursuit-elle.

Partenaires de nombreuses plateformes numériques
La société basée à Paris teste actuellement en version bêta auprès de certains clients un nouvel outil destiné lui aussi à financer en urgence certaines dépenses imprévues. Il permet d’envoyer des notifications au client à l'approche d'un découvert bancaire afin qu’il en anticipe les frais, et de bénéficier instantanément de fonds.

Alors que la crise économique liée au Covid-19 expose davantage les professions indépendantes, Finfrog espère convaincre de nouveaux clients à la recherche de solutions de financement. "Nous avons voulu créer une alternative responsable au découvert bancaire avec des tarifs accessibles et des critères d'octroi ouverts au plus grand nombre, explique Riadh Alimi, fondateur et CEO. La crise que nous traversons actuellement nous rappelle plus que jamais le rôle que nous avons à jouer pour proposer des solutions de financement alternatives".

La réussite de Finfrog est liée à une stratégie active de partenariats : elle a signé des accords avec des plateformes comme Uber Eats, Frichti, Brigad mais aussi Side, Iziwork et Gojob. Finfrog a également développé des liens avec des acteurs e-commerce afin d'intégrer sur les sites marchands des offres de crédits à taux zéro. La start-up a levé 5 millions d’euros en 2019 et a convaincu la BPI, Denis Duverne (Président d'AXA) et Loïc Fery (PDG de Chenavari). Elle emploie 15 personnes et revendique plus de 60 000 clients. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media