Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La fintech française Nickel poursuit son déploiement progressif en Europe

Opérationnelle sur le marché espagnol depuis décembre, la néobanque Nickel, propriété de BNP Paribas, annonce poursuivre sa croissance en Europe avec un lancement commercial prévu au Portugal et en Belgique dès 2022.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La fintech française Nickel poursuit son déploiement progressif en Europe
Thomas Courtois, Président de NiCKEL. © NiCKEL

Nickel poursuit son développement européen. La néobanque française a annoncé le 7 janvier le déploiement de son service au Portugal et en Belgique au premier trimestre 2022. Elle est opérationnelle en Espagne depuis le mois dernier, et a pour objectif d’accélérer sa croissance sur la péninsule ibérique. Elle ambitionne de s’implanter dans six nouveaux pays européens à horizon 2024, conformément à sa feuille de route présentée en 2019.

Une offre bancaire minimaliste et accessible à tous
Néobanque créée en 2014 sous le nom de "Compte-Nickel", Nickel propose un compte courant ouvert à tous, sans condition de revenus, de dépôts ou de patrimoine, et sans possibilité de découvert ni de crédit. Le compte s’ouvre en quelques minutes chez un buraliste ou un Point Nickel et fournit une carte bancaire Mastercard internationale, un RIB nominatif et des outils pour suivre ses opérations en temps réel sur le Web, mobile et via SMS. La formule est facturée 20 euros par an.

Elle revendique en France environ 1,9 million de comptes ouverts auprès d’un réseau de distribution de 5 900 points de vente partenaires, ce qui en fait le "troisième réseau de distribution de comptes courants" du marché français, selon la jeune pousse. Des chiffres légèrement en-dessous des ambitions affichées il y a deux ans, elle qui visait 2 millions de compte et 10 000 points de vente. 

700 000 clients visés en Espagne
Se définissant comme le compte courant de proximité, Nickel s’appuie sur des réseaux de points de vente ancrés dans le quotidien, comme les bureaux de tabac ou, en Espagne, sur les réseaux de distribution de la loterie nationale. Ajoutés aux buralistes, ces réseaux comptabilisent 20 000 points de vente. Nickel, qui opère dans 72 d’entre eux, vise plus de 1 000 d’ici la fin de l’année. A l’horizon 2024, elle souhaite convaincre 3 000 points de vente et surtout 700 000 clients.

La fintech va mettre en œuvre "le même modèle de distribution pour engager son développement au Portugal et en Belgique". "En 2021, nous allons maintenir l’ensemble de nos objectifs de développement international en donnant la priorité aux phases de pré-lancement pour les marchés portugais et belge. D’ici 5 ans, nous visons 300 000 ouvertures de comptes en Belgique et 450 000 au Portugal", conclut Thomas Courtois, son dirigeant. La Confédération des buralistes est actionnaire de la fintech à hauteur de 5%, 95% étant la propriété de BNP Paribas depuis 2017.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.