Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La fintech Monese se positionne sur l'épargne grâce à un partenariat avec Raisin

Un nouveau partenariat entre les fintech Raisin et Monese permet à cette dernière de proposer des comptes épargnes rémunérés à ses utilisateurs. Un positionnement qui élargit l’offre de la start-up britannique et lui permettra peut-être de grignoter des parts de marchés aux grands acteurs bancaires comme aux autres fintech.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La fintech Monese se positionne sur l'épargne grâce à un partenariat avec Raisin
Norris Koppel, CEO de Monese © Andrew Fosker / PinPep © Andrew Fosker / PinPep

Les néobanques n’en finissent plus de tisser des alliances afin d’élargir leur offre et tenter de grignoter des parts de marchés aux acteurs bancaires. Après un partenariat avec PayPal, Monese, spécialiste dans l’ouverture simplifiée de compte courant, a annoncé ce mardi 3 septembre se rapprocher de Raisin, la start-up allemande positionnée sur les produits d’épargne en ligne.

 

Cette alliance permet à la néobanque britannique de proposer un nouveau service, baptisé "Monese Épargnes", aux utilisateurs de l'application Monese basés en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Autriche, aux Pays-Bas et en Espagne. "Ce service constitue un instrument idéal pour les utilisateurs qui souhaitent économiser pour financer un voyage, une étape importante de leur vie ou tout simplement mettre de l’argent de côté", précisent les deux partenaires. Monese Épargnes facilitera également les transferts récurrents automatisés vers les comptes épargnes d’utilisateurs Raisin, pour une rentabilité accrue".

 

500 produits d’épargne transnationaux disponibles

Principe : en se connectant à Raisin, qui propose plus de 500 produits d’épargne transnationaux disponibles auprès de plus de 80 banques partenaires à travers l’espace économique européen, les clients de Monese ont accès via l’application à une marketplace de produits d'épargne.

 

Si Monsese, à sa création, s’est positionnée sur l’ouverture de compte courant pour les clients mobiles à l'international, la start-up vise plus largement le segment des comptes courants principaux : 70% de fonds entrants proviennent désormais des virements de salaires. "La majorité de nos clients utilisent Monese comme compte principal, explique Norris Koppel, CEO et fondateur de Monese. Il est donc particulièrement important de répondre à leurs besoins en leur permettant de gérer librement leurs finances. Les clients de Monese peuvent ainsi prospérer économiquement, quel que soit le lieu où ils se trouvent dans le monde grâce à des taux d’épargnes compétitifs", avance-t-il.

 

Conquérir les épargnants

La start-up britannique, qui a franchi la barre du million d’utilisateurs en 2019, revendique 1,4 millions d’utilisateurs à date, avec un nombre d’inscriptions qui a triplé en 2018. Arrivée sur le marché français en 2018 sur une offre déjà bien dense de banques 100% mobile (on peut citer Revolut, N26, ou encore Bunk), elle compte bien profiter du réseau de Raisin et de ses partenaires financiers au sein de 24 pays de l’Espace Economique Européen pour fidéliser ses clients et conquérir les épargnants. Avec ce nouveau service, elle vient concurrencer des plateformes de micro-épargne comme Bruno ou Yeeld, mais également les banques traditionnelles dans un contexte d'épargne favorable mais où le taux de rémunération reste faible. 

 

Pour Raisin, c’est l’opportunité de proposer son portefeuille de produits d’épargne aux utilisateurs de Monese, et de gagner en notoriété. La start-up berlinoise, qui s’est allié à N26, Commerzbank, Vanguard, ClearScore et récemment Yolt, revendique aujourd’hui plus de 195 000 clients dans 31 pays d’Europe. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale