Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La fintech Pleo débarque en France pour concurrencer Spendesk

La licorne danoise Pleo, qui a levé 350 millions d'euros l'année dernière, se lance en France où le marché des logiciels de gestion des notes de frais est déjà bien développé.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La fintech Pleo débarque en France pour concurrencer Spendesk
La fintech Pleo débarque en France pour concurrencer Spendesk © Pleo

Pleo, une fintech danoise fournissant une solution de gestion des dépenses professionnelles, se lance en France. La licorne, déjà présente sur 11 marchés européens dans lesquels elle sert 20 000 clients, fera face en France à un acteur bien implanté, Spendesk. Ce marché s'est développé rapidement ces dernières années et la concurrence est forte, tant du côté des start-up françaises (Mooncard, Expensya, Jenji…) que des acteurs internationaux (Soldo, Payhawk…).

Fondée en 2015, Pleo fournit aux PME des cartes de paiement prépayées et une application mobile pour gérer les notes de frais, ainsi qu'une plateforme de gestion comptable de ces dépenses. La société dispose d'un agrément d'établissement de monnaie électronique et est partenaire de Mastercard. Son modèle économique repose sur un abonnement mensuel de 9,99 euros par utilisateur, ou de 1999 euros par mois pour un nombre d'utilisateurs illimité.

valorisée 4,7 milliards de dollars

La scale-up a levé 350 millions de dollars en deux temps l'année dernière, en série C, à une valorisation de 4,7 milliards de dollars. Elle est financée notamment par Coatue Management, Alkeon Capital, Bain Capital Ventures, et Thrive Capital. L'entreprise emploie 800 personnes et possède des bureaux à Londres, Stockholm, Berlin, Madrid, Lisbonne, Copenhague et Paris.

D'après une étude réalisée par EY pour Pleo en février 2022 auprès de 300 PME françaises, 43% d'entre elles ont encore recours à des tableurs pour gérer les frais de leurs salariés. 19% n'utilisent aucun logiciel de gestion dédié.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.