Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La France accueillera-t-elle les taxis volants d'Uber ?

Vu ailleurs Uber dévoile la liste des cinq pays susceptibles d'accueillir son futur service de taxi-volant Uber Air, dont la commercialisation est prévue en 2023. La France en fait partie.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La France accueillera-t-elle les taxis volants d'Uber ?
La France sera-t-elle le 3e pays à accueillir le futur service Uber air d'Uber ? © Uber

Verra-t-on bientôt des taxis zébrer le ciel de Paris ? L’image prête à sourire, et pourtant…  La France fait partie de la liste des cinq pays envisagés par Uber pour lancer son futur service de taxis-volants, rapporte The Verge ce jeudi 30 août. La société américaine, qui prévoit de tester ce nouveau service - baptisé Uber Air - d’ici 2020, pour une mise en service trois ans plus tard, cherche des villes candidates.

 

Dallas et Los Angeles doivent déjà accueillir les premiers essais, mais Uber cherche un troisième emplacement. Et ses critères s’avèrent bien précis : il doit s’agir d’une métropole de plus de 2 millions d’habitants, dotée au moins d’un aéroport situé à une heure environ du centre et affichant une volonté de développer les services de covoiturage.

 

Un centre de recherche à Paris

Dans cette compétition, Paris pourrait avoir une longueur d’avance. En mai dernier, Uber annonçait vouloir implanter un nouveau centre de technologie avancé dans la capitale, dédié au programme Uber Elevate, le projet de développement des hubs et taxi-volants autonomes, rapportait The Verge en mai. La société précisait qu'une enveloppe de vingt millions d'euros sur cinq ans serait débloquée pour financer les recherches en intelligence artificielle, systèmes de contrôle aériens...

 

Les grandes villes du Japon, du Brésil, d’Australie et d’Inde pourraient également se distinguer. Uber Air trouverait un terrain favorable au Japon, pays à la pointe des transports publics et de l’innovation automobile. Il pourrait aussi être favorablement accueilli en Inde, affectée par les embouteillages et la pollution ; au Brésil, où des hélicoptères assurent le lien entre différentes villes du pays ; ou encore en Australie qui compte déjà des transports aériens urbains.

 

Rendez-vous dans 6 mois...

Mais les gouvernements seront-ils enclins à héberger de telles installations ? Uber, qui est aujourd’hui en discussion avec chacun des pays, espère annoncer son choix d’ici six mois, précise The Verge. Il lui restera alors cinq ans pour déployer son service de taxis-volants et le commercialiser. En attendant l’issue de ces pourparlers, la société américaine met les bouchées double et multiplie les partenariats afin de respecter le calendrier qu’elle s’est fixé.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale