La France devrait compter 200 grandes centrales numériques en 2020, vingt de plus qu'aujourd'hui

Selon une étude de Xerfi, la France devrait compter environ 200 datacenters d’hébergement et de cloud computing en 2020, soit 20 de plus qu’aujourd’hui. Une augmentation tirée par le développement de l’externalisation informatique et du cloud. Les acteurs français devraient profiter de ce marché en plein boom en jouant la carte de la proximité.

Partager
La France devrait compter 200 grandes centrales numériques en 2020, vingt de plus qu'aujourd'hui
Datacenter DC4 d'Online à la Porte-de-Versailles à Paris.

La France devrait compter 20 nouveaux datacenters d’hébergement informatique et de cloud computing d’ici à 2020, de quoi porter le nombre de ces grandes centrales numériques à environ 200. C’est la conclusion de l’étude "Les hébergeurs et gestionnaires de datacenters à l’horizon 2020" publiée par Xerfi.

Croissance de 9% par an d'ici 2020

A ces ouvertures s’ajouteront de nombreuses extensions de sites existants. Ces projets s’inscrivent dans une tendance croissante à l’externalisation informatique et à la migration sur le cloud computing sur fond d’explosion des besoins de connectivité et de stockage des données, de développement du big data, du déploiement de l’Internet des objets et de banalisation de l’intelligence artificielle. Pour optimiser les coûts, gagner en flexibilité ou améliorer la qualité de service, les entreprises et administrations tendent à externaliser leur infrastructure informatique et à migrer vers le cloud.

Depuis déjà plusieurs années, l’activité des hébergeurs et gestionnaires de datacenters est florissante. Et les perspectives s’annoncent radieuse avec une croissance moyenne du chiffre d’affaires de 9% par an d’ici 2020 selon Xerfi. Une dynamique qui a poussé les géants américains du cloud computing IBM, Salesforce, Amazon Web Services ou encore Microsoft à implanter des datacenters en France, et les hébergeurs Equinix, Interxion, Etix ou Data 4 à ouvrir de nouveaux sites d'hébergement en colocation sur le territoire.

Proximité, gage de confiance

D’autres grands acteurs comme Google, Oracle, Alibaba ou Tencent préfèrent s’implanter dans d’autres pays à la fiscalité plus attrayante comme les Pays-Bas, l’Irlande ou l’Allemagne, se contentant de simples points de présence dans l’Hexagone. Une situation qui pourrait changer après que le gouvernement a décidé en septembre dernier de diviser par deux la taxe sur l’électricité consommée par les centrales numériques selon Xerfi, sachant que la consommation d’énergie constitue 60 à 70% des couts d’exploitations de datacenters.

OVH, Online (groupe Iliad de Xavier Niel) et Data 4 émergent comme les trois champions tricolores avec à la clé d’ambitieux plans d’expansion. Face aux géants américains et chinois, ils disposent de nombreuses cartes à jouer. Dans un contexte de quête de souveraineté numérique, leur proximité leur confère un sérieux atout, gage de sécurité des données et de confiance, indispensables pour conquérir les ETI et PME, estime Xerfi.

Nombre de datacenters neutres en service en France selon Xerfi

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS