La France et les Pays-Bas veulent renforcer leur coopération dans "les technologies quantiques"

La France et les Pays-Bas viennent de signer un accord bilatéral pour coopérer sur le développement des "technologies quantiques". Des collaborations dans le secteur de la recherche et la mise en place de groupes de travail sont prévus. L'objectif est de faire émerger des licornes européennes et ainsi de se faire une place dans ce domaine, actuellement dominé par les Etats-Unis et la Chine loin devant. La finalité du projet est la mise au point d'un ordinateur quantique universel.

Partager
La France et les Pays-Bas veulent renforcer leur coopération dans

Cédric O, le secrétaire d'Etat en charge du numérique et des communications électroniques, et Mona Keijzer, la secrétaire d'Etat néerlandaise en charge des affaires économiques et des politiques climatiques, ont signé le mardi 31 août un protocole d'accord entre la France et les Pays-Bas sur les technologies quantiques.

Faire émerger des licornes
A travers cet accord, "le gouvernement français souhaite consolider une coopération bilatérale de longue date dans la recherche académique et accélérer leurs synergies privées qui permettront de poser les bases de licornes européennes du quantique, notamment pour l'ordinateur quantique universel", a déclaré Cédric O. Les responsables de chaque pays vont ainsi mettre en place une "gouvernance" et "un cadre d'échange" afin d'identifier les opportunités de financement et de coopération bilatérale, peut-on lire dans le communiqué.

La coopération va passer par un renforcement de la collaboration dans la recherche portant notamment sur le passage à l'échelle du calcul quantique sur silicium. Des coopérations entre les grandes entreprises technologiques de deux pays et l'écosystème de la recherche sont également prévues. Un groupe de travail commun relatif à l'échange de bonnes pratiques pour la mise en place de "maisons du quantique" sera mis en place ainsi qu'un portail commun recensant les offres d'emplois dans ce secteur.

L'Europe veut accélérer sur le quantique
Cette initiative bilatérale s'inscrit dans un effort européen plus global. En mars dernier, la Commission européenne a présenté sa stratégie pour "une transformation numérique réussie de l'Europe" dans laquelle l'informatique quantique a une place de choix. D'ici 2030, l'Europe souhaite posséder son premier ordinateur quantique "de pointe". C'est l'EuroHPC, l'entreprise commune pour le calcul haute performance européen, qui est chargée de piloter cette stratégie.

Il reste à voir si ces initiatives permettront réellement à l'Europe d'accélérer sur le quantique. En effet, le Vieux Continent est encore très loin derrière les Etats-Unis, qui comptent la majorité des leaders du secteur tels qu'IBM, Google ou Microsoft, et la Chine. D'autres pays sont également en train de rentrer dans cette course. Israël a annoncé en mars dernier une enveloppe de 60 millions de dollars dans un projet visant à fabriquer un ordinateur quantique.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS