La France, pays du big data prédictif ?

Le G9+ conclut son copieux livre blanc sur le big data prédictif, réalisé en partenariat avec Renaissance numérique, par six propositions du pour faire de la France un acteur moteur de cette révolution. Crédible ?

Partager
La France, pays du big data prédictif ?

Pour son troisième livre blanc, le G9+, association de responsables informatiques issus des grandes écoles françaises, a choisi un thème à la mode : le big data. Et un titre attrayant : le big data prédictif. Réalisé en partenariat avec le think tank Renaissance numérique, le document est copieux (120 pages) et tente d’explorer le sujet sous tous ses aspects en enchaînant les tribunes d’experts et les synthèses de lectures d’ouvrages ou d’articles de presse. Si la première partie sur ce qu’est le big data pourra sembler superflu à toute personne s’étant un tant soit peu intéressée au sujet, la seconde partie, sur les algorithmes est plus intéressante, car plus technique et donc moins souvent abordée dans les textes toujours assez vulgarisateurs. Elle apporte un certain nombre d’éléments de réponses à d’intéressantes questions : Comment construit-on un algorithme ? Va-t-on vers une algorithmisation du monde ? Comment penser la gouvernance des algorithmes ?

6 propositions à l’administration

Plus classique à nouveau, la troisième partie passe en revue les secteurs où les big data auront une influence majeure : santé, marketing, administration… C’est en arrivant à la quatrième partie que l’on s’interroge à nouveau. Car intitulée "la France a l’heure du big data", le texte ne cesse d’envoyer le lecteur outre-Atlantique... On comprend mieux pourquoi le livre blanc se conclut par 6 propositions pour "faire de la France un acteur moteur de cette révolution big data". Malgré notre super école mathématique, ce n’est donc pas encore le cas.

Les auteurs proposent notamment de déployer sur 3 ans des programmes test d’utilisation de technologies big data dans certains secteurs des politiques publiques pour dégager des économies directes, une loi sur l’Open data pour contraindre les administrations stratégiques à ouvrir leurs données et de réfléchir à la possibilité d’audit des algorithmes par un régulateur certifié sur la protection de la vie personnelle à l’ère du big data. Cette dernière proposition provient probablement de l’ouvrage "Big data, la révolution des données est en marche", des chercheurs Viktor Mayer-Schönberger et Kenneth Cukier (édition Robert Laffont en Français), sûrement le plus intéressant ouvrage sur le sujet, publié à ce jour. À lire en priorité, peut-être avant ce livre blanc.

Aurélie Barbaux

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS