Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La France se dote d'un comité d'éthique sur le numérique

Face aux nombreux enjeux éthiques que pose le numérique, la France se dote d'un organe créé à cet effet. Emanation du CCNE, le comité se penchera dans un premier temps sur les chatbots, les voitures autonomes et le diagnostic médical. Il devra rendre des travaux début 2021.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La France se dote d'un comité d'éthique sur le numérique
La France se dote d'un comité d'éthique sur le numérique © Pixabay/websubs

"Aborder de manière globale les enjeux éthiques du numérique et de l'intelligence artificielle". Voici la mission assignée au nouveau comité pilote d'éthique du numérique. Rattachée au Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE), cette nouvelle organisation s'inscrit dans la stratégie nationale d'IA et des recommandations du rapport "Donner un sens à l'intelligence artificielle" de Cédric Villani. 

 

Pour ses débuts, le nouveau comité, qui  tiendra sa première réunion plénière demain mercredi 4 décembre, se penchera sur trois sujets centraux : les agents conversationnels, les voitures autonomes et le diagnostic médical. Seront abordés des thèmes comme "la transparence sur le traitement des données collectées", "les responsabilités partagées entre constructeur, assureur et utilisateur", "la transparence et l’explicabilité du fonctionnement de ces algorithmes tant pour les professionnels de santé que pour les usagers du système de santé"… L'organisme est également chargé de mettre en place les moyens nécessaires à l'information et la prise de décision individuelle et collective.

 

Promouvoir la pluridisciplinarité

Le comité sera dirigé par Claude Kirchner – directeur de recherche émérite de l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) – et constitué d'une trentaine de personnes. Pour promouvoir la pluridisciplinarité, les membres sont spécialistes du numérique académiques ou issus d'entreprises, des philosophes, des médecins, des juristes… Siégeront par exemple Tristan Nitot, CEO de Qwant ou encore Jérôme Perrin, directeur de recherche chez Renault.

 

Début 2021, l'organisme devra remettre un bilan de ses travaux au CCNE qui devra émettre des recommandations sur les modalités d'un éventuel comité pérenne.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media