Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La France ? "Un pays fantastique pour créer sa boîte", s'exclame Xavier Niel

Financer le Google de demain en France : un jeu d'enfant pour le magnat des télécoms Xavier Niel. Le patron de Free a donné, à l'occasion de l'ouverture du chantier de la Halle Freyssinet, une interview au Parisien et à l'AFP. A revers du "french bashing" ambiant, il  y affirme que l'Hexagone est "un pays fantastique pour créer sa boîte" où "l'environnement fiscal pour le créateur d'entreprise est bon."
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La France ? Un pays fantastique pour créer sa boîte, s'exclame Xavier Niel
La France ? "Un pays fantastique pour créer sa boîte", s'exclame Xavier Niel © 42

La première pierre du plus gros incubateur de start-up du monde a été posée le 22 septembre par François Hollande. Le patron de Free, Xavier Niel, a accordé un entretien au Parisien et à l'AFP à l'occasion de l'inauguration du chantier de la Halle Freyssinet qu'il finance en grande partie. Il veut créer un "QG d'inventeurs qui permettra de passer de l'idée au prototype", souligne Le Parisien. Objectif : aider les entrepreneurs à faire émerger leurs projets en France et éviter qu'ils ne partent à l'étranger. Le baron des télécoms aime l'Hexagone et n'hésite pas à le faire savoir.

La concurrence est terrible dans la Silicon Valley

"La France est un pays où les choses vont plutôt bien, c'est un pays fantastique pour créer sa boîte. Il y a du chômage en France, c'est vrai, mais ce ne sont pas les anciennes économies, les anciennes industries qui vont régler ce problème, c'est notre capacité à créer de nouvelles entreprises", affirme le patron.

Il pousse les Français à lancer les sociétés de demain : "Jusqu'à présent, on ne s'est pas très bien débrouillé. On va s'améliorer. Regardez le CAC 40 : il n'y a qu'une entreprise de moins de 30 ans, Gemalto. Dans les pays dynamiques, c'est plus de 50 %." Les créateurs d'entreprises rêvent de la Silicon Valley, mais "c'est le pire endroit du monde" pour lancer un projet : "la concurrence y est terrible", avertit cet Elon Musk made in France.

Facile de trouver des financements en France

Pour Xavier Niel, le financement est facile à trouver dans l'Hexagone pour les entrepreneurs : "Les études montrent que la France est un des pays où le financement [des start-up] marche le mieux. Vous pensez que si demain j'invente un autre Google, j'aurai un problème de financement ? Jamais !" Et "l'environnement fiscal [tricolore est bon] pour le créateur d'entreprise", affirme-t-il au quotidien. Et de préciser à l'AFP : "C'est vrai que ça peut paraître bizarre mais je paie moins d'impôt sur les plus-values en France que n'en paient mes amis qui ont réussi aux Etats-Unis."

La masse salariale est bon marché dans le pays, pointe Xavier Niel, repris par Le Parisien : "Ça coûte moins cher d'embaucher un ingénieur en France qu'aux Etats-Unis, toutes charges incluses, parce que le salaire américain est bien plus élevé. Quand vous licenciez, ça ne coûte pas plus cher qu'aux Etats-Unis."

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

pemmore
05/11/2014 10h24 - pemmore

Il n'a pas tort, un jeune ingé ou licence pro (ce qui est aussi bien) tu peux le payer en dessous de 3000 euros voire 2200, il sera tout aussi compétent et motivé quand on voit le niveau de Rennes Beaulieu, ne partira pas pour un oui ou non, et reviendra 3 fois moins cher.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Alexandre
23/10/2014 18h34 - Alexandre

Merci monsieur Niel de montrer l'exemple et de pousser les entrepreneurs à investir en France pour créer les emplois de demain.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media