La French Tech a levé 8,4 milliards d'euros au premier semestre 2022

La French Tech réalise un bon début d'année 2022 en matière de levées de fonds avec 8,4 milliards d'euros collectés, soit 63% de plus par rapport à la même période en 2021. EY, qui vient de publier son baromètre du capital-risque, note que la France passe devant l'Allemagne et connaît une forte croissance de son Growth Equity.

Partager
La French Tech a levé 8,4 milliards d'euros au premier semestre 2022
7 start-up décrochent le statut de licorne sur le début d'année 2022.

Les start-up françaises ont levé 8,4 milliards d'euros au cours du premier semestre 2022. EY, qui a publié son baromètre du capital-risque en France le 18 juillet 2022, note une augmentation de 63% des fonds levés par rapport à la même période de l'année 2021. Pour l'instant l'écosystème français ne semble pas trop subir le contexte macro-économique difficile en raison de l'inflation, des taux qui remontent et des actions en baisse.

A noter que la France passe devant l'Allemagne sur ce semestre puisque cette dernière affiche une baisse des fonds levés avec seulement 6,26 milliards d'euros soit 20% de moins par rapport à 2021. Toutefois, l'Angleterre reste en tête, et bien loin devant, avec 18,39 milliards d'euros levés.

Croissance du growth equity

362 opérations de levées de fonds ont été réalisées dans l'Hexagone, soit 13% d'opérations de moins que l'année précédente sur la même période. Le marché est donc largement porté par le Growth Equity, des levées de fonds supérieures à 100 millions d'euros, avec une vingtaine d'opérations représentant 4,48 milliards d'euros. Le montant et le nombre de levées en Growth Equity ont doublé par rapport à 2021. "Le nombre de tours supérieurs à 100 millions d'euros en France n'a jamais était aussi important depuis la création de ce baromètre", glisse Franck Sebag, associé EY, dans un communiqué. Elles représentent 53% du total des fonds levés contre 39% en 2021.

Méthodologie : Le Baromètre EY du capital risque en France recense les opérations de financement en fonds propres des entreprises en phase de création ou durant les premières années d’existence, en date d’opération du 1er janvier au 30 juin 2022 et publiées avant le 5 juillet 2022. Ces entreprises françaises ont levé des fonds auprès de VCs français et/ou étrangers. Les données françaises présentées dans ce baromètre sont basées sur les données Dow Jones VentureSource, CFNEWS, eCAP Partner, Dealroom.co.


Allant dans ce sens, 7 nouvelles start-up décrochent le statut de licorne sur le début d'année : Ankorstore, Ecovadis, Exotec Solutions, NW Group, Payfit, Qonto, Spendesk. Et les 5 plus grosses sont celles de Qonto (486 millions d'euros), EcoVadis (478 millions d'euros), Back Market (450 millions d'euros), Exotec Solutions (305 millions d'euros) et NW Group (300 millions d'euros). Les trois premières start-up se glissent parmi les 10 plus importantes levées de fonds en Europe.

Quelles sorties pour les investisseurs ?

Quels sont les secteurs les plus attractifs ? Celui des fintech confirme sa bonne dynamique de l'année 2021. Les jeunes pousses du secteur ont levé 2,02 milliards d'euros levée en 58 opérations, soit 86% de plus qu'en 2021. Mais ce sont les start-up dans le logiciel et les services informatiques, avec 2,23 milliards d'euros en 100 opérations, qui ont levé le plus de fonds. Le secteur Internet est en baisse de 29%, selon EY, avec 1,7 milliard d'euros de collectés contre 2,38 milliards en 2021. Les Clean Tech confirment prendre de l'importance dans le paysage des start-up françaises avec 926 millions d'euros levés. Un engouement qui se confirme aussi avec la création de fonds qui cherchent à financer des start-up dites à impact.

"Si la FrenchTech a fait preuve de résilience ces derniers mois, tous les yeux se tournent aujourd'hui vers la prochaine étape qui reste la principale faiblesse de cet écosystème : les sorties", analyse Franck Sebag. Une question d'autant plus essentielle que "le marché boursier s'est complètement refermé au 1er semestre en Europe comme aux Etats-Unis, même si certaines SPAC européennes essaient de donner de nouvelles options aux sociétés françaises." Il pense ainsi que le Private Equity et les grands comptes devraient prendre la relève.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS