Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La livraison dans les bus, nouveau projet d’Amazon ?

L’e-commerçant américain aurait obtenu, quatre ans après l'avoir déposé, un brevet pour un projet baptisé "Mobile Pickup Locations", qui permettrait aux clients Amazon de recevoir leur colis via des bus de transports de personnes.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La livraison dans les bus, nouveau projet d’Amazon ?
La livraison dans les bus, nouveau projet d’Amazon ? © Paulo Whitaker

Moins spectaculaire, mais peut-être plus efficace ? La livraison de colis par les transports publics, tels que les bus, fera sans doute moins de buzz que la livraison par drone, mais Amazon semble y croire. Selon une information publiée par le site Geekwire le 29 janvier dernier, le géant américain a obtenu un brevet sur un projet baptisé "Mobile Pickup Locations", déposé en 2015. Le principe : les clients Amazon peuvent récupérer leurs colis via des casiers automatiques installés dans des bus transportant des personnes ou des véhicules similaires.


Selon le document consulté par Geekwire, "un utilisateur peut choisir de faire livrer des articles à un lieu de ramassage mobile sur le véhicule qu’il prend tous les jours en se rendant du bureau à son domicile, ou qui s’arrête à un arrêt de bus, une gare ou tout autre endroit pratique pour l'utilisateur". Le service peut donc être utilisé par des personnes n’utilisant par les transports en commun, puisque le client doit au moment de sa commande préciser le lieu et heure de retrait, défini en fonction du trajet habituel du véhicule. A l’instar de tout autre mode de livraison, le client est averti par SMS ou appel dès lors qu'un article commandé approche, et il reçoit un code pour déverrouiller le casier. 

 

Un maillage des zones rurales

 

Ce dispositif présente quelques avantages. Le service s’adresse d’une part aux clients qui ne souhaitent pas recevoir leur commande à leur domicile et qui n’ont pas forcément de point de retrait à leur disposition. Il offre donc une certaine souplesse pour les utilisateurs domiciliés dans des zones peu urbanisées, voire rurales, mais qui restent desservies par les transports publics.


D’autre part, il limiterait les coûts de livraison pour l’e-commerçant, un véritable enjeu à l’heure où les retailers se livrent une guerre sans merci dans la bataille du dernier kilomètre. Du côté des pouvoirs publics, on peut y voir une source de profit non négligeable, et à moyen terme utile pour l’entretien des réseaux.

 

Des brevets, pas forcément des projets

 

L’usage des transports publics dans la livraison de colis a été évoqué il y a quelques années. En 2015, de nombreux médias faisaient écho à ce même brevet. Toujours selon GeekWire, le nom figurant sur le brevet est Kushal Mukesh Bhatt, ex-Amazon qui travaille maintenant pour… Walmart.


Reste à déterminer si une application de ce dispositif est réellement envisagée par le géant américain. Amazon a déjà déposé des brevets qui n’ont jamais vu le jour. D’autres ont néanmoins mené à des tests assez poussés, comme les drones et dernièrement les robots Scout. Selon l’IFI Claims Patent Services, la firme de Jeff Bezos a, pour la seule année 2018, déposé 2 035 brevets.

 

A noter toutefois que certaines entreprises se sont déjà positionnées sur l'utilisation des flux de voyageurs pour développer une offre logistique. C'est le cas en France de LivingPackets (réseau TGV) ou de Cocolis (Ouibus).

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale