Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La medtech Echosens lève 30 millions d’euros pour se renforcer à l'international

Un fonds d’investissement franco-chinois, un autre américain et un investisseur privé chinois viennent compléter le capital d’Echosens. La PME française, filiale d’un groupe pharmaceutique chinois, compte sur eux pour accélérer son développement international.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La medtech Echosens lève 30 millions d’euros pour se renforcer à l'international
La medtech Echosens lève 30 millions d’euros pour se renforcer à l'international © echosens.fr

Il est temps de grandir, pour Echosens. La PME française spécialisée dans le diagnostic hépatique a levé 30 millions d’euros auprès de fonds d’investissement. Une opération qui fait coup double. En plus de l’augmentation de capital, elle permet au propriétaire d’Echosens de se désengager en partie de sa filiale. La PME française avait en effet été acquise par la société pharmaceutique chinoise Furui Medical Science Company en 2011. Furui reste néanmoins majoritaire, avec 51 % du capital.

Cet apport en fonds propres doit permettre à Echosens de sortir plus vite de nouveaux produits dans ses trois gammes. La PME développe le FibroScan (diagnostic non invasif du foie), le Fibromètre (test sanguin de la fibrose hépatique) et le FibroView (solution logicielle pour les médecins hépatologues).

Echosens veut surtout accélérer sa stratégie d’expansion internationale. Avec ses filiales en Allemagne, Espagne et Chine, et ses 40 distributeurs, la medtech réalise déjà 95 % de son chiffre d’affaires à l’international. Mais elle ambitionne de se développer encore plus, notamment en Chine et aux Etats-Unis où le potentiel de marché reste important.

Echosens en chiffres

Chiffre d’affaires : 30 millions d’euros
Effectif : 110 personnes
Montant de la levée de fonds : 30 millions d’euros
Investisseurs : Cathay Capital, OrbiMed Advisors et investisseur privé chinois
Secteur : dispositif médical

Un choix réfléchi d’actionnaires

Les dirigeants de la PME ont d’ailleurs choisi les nouveaux actionnaires en fonction de cette stratégie. "Nous n’avons pas fait de processus de levée de fonds classique, nous n’avons pas donné de mandat donné à une banque d’affaires, confie Raphaël Durand, le directeur financier d’Echosens. Nous avons frappé à la porte de quelques fonds dont les caractéristiques étaient en corrélation avec notre ADN."

Cathay Capital, le fonds franco-chinois financé notamment par Bpifrance et par la China Development Bank, correspond justement au modèle d’Echosens. Ses équipes d’investisseurs peuvent suivre la PME aussi bien en France qu’en Chine et, depuis peu, aux Etats-Unis. Echosens représente d’ailleurs le premier investissement du fonds "Sino-French Midcap" de 500 millions d’euros levé par Cathay en fin d’année dernière.

Pour compléter son tour de table, Echosens a sollicité le fonds américain OrbiMed Advisors, spécialisé dans le médical.

De nouvelles opportunités

"Ce que nous espérons de nos actionnaires, c’est aussi qu’ils nous ouvrent des portes, qu’ils nous disent ce qu’il faut faire et ne pas faire sur ces marchés, ou qu’ils nous présentent éventuellement des opportunités d’acquisition", explique Raphaël Durand.

La levée de fonds pourrait en effet servir à des acquisitions. "Cela peut venir en complément de notre activité, mais aussi sur d’autres technologiques permettant de la création de valeur plus rapide", déclare le directeur financier. Echosens pourrait ainsi s’appuyer sur son réseau de distribution établi et sur ses compétences pour faire homologuer les dispositifs pour développer des technologies nouvelles.

L’apport en fonds propres doit désormais permettre à la PME de 30 millions d’euros de chiffre d’affaires et 110 collaborateurs, de s’étoffer. Elle ambitionne de croître d’au moins 20 % par an dans les prochaines années.

Arnaud Dumas

L'argument convaincant

Les dispositifs médicaux d’Echosens ont franchi l’étape d’homologation dans de nombreux pays, notamment la Chine et les Etats-Unis. Elle doit maintenant accélérer leur développement commercial sur ces deux grands marchés.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale