La métropole de Dijon va investir 53 millions d'euros pour devenir une smart city

La métropole de Dijon (Côte d'Or) a choisi un consortium composé de Bouygues Energies et Services et Citelum (avec l'appui de Suez et Capgemini) pour mettre en œuvre une gestion connectée de l'espace public. Un poste de pilotage centralisé, relié à des équipements modernisés (éclairage public, énergie, feux tricolores, caméras…) sera créé en 2018. Ce sera le point de départ d'un projet ambitieux de smart city.

Partager
La métropole de Dijon va investir 53 millions d'euros pour devenir une smart city

La smart city, un concept lointain et abstrait ? La métropole de Dijon veut prouver le contraire. La structure fédérant 24 communes (soit 256 000 habitants) vient de confier à plusieurs entreprises le soin de créer un centre de pilotage unifié des espaces publics. C'est un groupement composé de Bouygues Energies et Services, Citelum (filiale d'EDF), Suez et Capgemini qui a remporté le contrat (d'un montant de 105 millions d'euros, dont 53 millions d'investissements) portant sur la "conception, exploitation et maintenance" d'un système de gestion connectée de l'espace public.

Les équipements de la ville connectés

Concrètement, Dijon a fait le choix de regrouper dans un seul et même contrat la gestion de l'éclairage public, de l'énergie, du pilotage des services de voirie, de la vidéosurveillance, et d'en piloter le fonctionnement sur un seul et même réseau (avec un poste de commandement unique prévu fin 2018, contre six aujourd'hui). Cette gestion unifiée permettra des optimisations et économies d'échelle, espère la métropole. Les entreprises s'y sont d'ailleurs engagé et le contrat possède des clauses de performance, portant sur différents points : les économies d'énergie réalisées (au moins 65% sur la partie éclairage public), la disponibilité des systèmes informatiques, les délais d'intervention sur la voirie... La smart city va donc pouvoir faire la preuve de sa pertinence à l'échelle d'une métropole.

Du hardware dernier cri...

Pour cela, la plupart des équipements publics vont être renouvelées avec des versions économes en énergie et équipées de capteurs communicants : 34 000 lampadaires seront remplacés par des versions LED (soit 93% des points lumineux de la métropole), 269 caméras vont être changées, 205 véhicules de la flotte municipale seront géolocalisées… Des capteurs LoRa permettront de monitorer différentes données environnementales : bruit, pollution, température. 140 kilomètres de fibre optique vont être déployées pour relier les différents points du réseau, ce qui permettra de donner accès au très haut débit aux habitants des 24 communes dans un délai de 4 ans. 45 emplois directs devraient être créés avec ce contrat, dont la moitié sur place.

... et de l'open data

La métropole et les acteurs privés promettent de mettre à disposition des données de la ville par le biais d'une plate-forme open data, pour permettre à des tiers de créer des services innovants. Dijon veut d'ailleurs créer lui-même de nouveaux services publics numériques de nouvelle génération, créer des lieux d'innovation (incubateur, fablab), et veut faire de ce projet un levier de développement de la démocratie locale. A vérifier sur pièces.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS