Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Mutuelle Nationale des Hospitaliers au cœur d'une cyberattaque

Un groupe de hackers a pour pris cible la Mutuelle Nationale des Hospitaliers, qui compte 600 000 adhérents. Touchés par un ransomware, son site internet et son standard téléphonique sont indisponibles depuis vendredi. C'est le groupe RansomEXX qui en serait aux commandes. La situation n'est toujours pas réglée ce jeudi.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Mutuelle Nationale des Hospitaliers au cœur d'une cyberattaque
La Mutuelle Nationale des Hospitaliers au cœur d'une cyberattaque © DarkoStojanovic/Pixabay

La mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH), qui propose des solutions de prévoyance aux professionnels de la santé et du social, est victime d'une attaque informatique. Un incident qui tombe mal car l'entreprise couvre notamment les soignants en première ligne contre le Covid-19.

Le site indisponible
Dans un tweet, l'organisation prévient que son site internet et sa plateforme téléphonique sont "temporairement indisponibles" car elle a dû déconnecter son système d'information pour éviter la propagation du malware. Par conséquent, les délais de traitement des demandes sont allongés pour ses 600 000 adhérents.

La MNH promet de "communiquer en toute transparence" sur l'évolution de la situation sur son site internet. Or, celui-ci est toujours inopérant ce jeudi 11 février. Les informations sont donc très lacunaires et ne permettent ni de savoir si des données personnelles ont été dérobées ni le type de cyberattaque.

Un ransomware à l'origine
Mais, d'après les informations du Parisien, c'est le groupe criminel RansomEXX qui est aux commandes. Il est à l'origine de plusieurs attaques informatiques à l'encontre notamment de la cour de Justice du Brésil, du réseau de transport public montréalais ou encore de la société japonaise Konica Minolta spécialisée dans les solutions d'impressions et de services informatiques.

Il s'agirait donc d'un ransomware car la société située à Montargis, dans le Loiret, a confirmé au Parisien qu'elle avait bien reçu une demande de rançon dont le montant n'a pas été précisé. En revanche, elle affirme que les données personnelles de ses adhérents n'ont pas été dérobées par les hackers. La MNH a déposé une plainte et comme la loi l'exige, la Commission nationale de l'informatique et des libertés a été informée de la situation.

MMA dans le viseur des hackers
En juillet dernier, c'est l'assureur MMA qui a subi une cyberattaque entrainant des difficultés d'accès sur son site internet sur l'ensemble des services de gestion. Le groupe Covéa, maison-mère de MMA, avait affirmé qu'aucune donnée n'avait été touchée par ce ransomware. Depuis quelques années, ce type d'attaque explose.

Dans un récent rapport, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), les signalements de rançongiciels ont augmenté de 255 % en 2020, en particulier dans le secteur de la santé.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media