Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La néoassurance Leocare lève 15 millions d'euros pour multiplier sa croissance par sept

Levée de fonds Quelques mois après avoir levé 2,2 millions d’euros, la néoassurance Leocare boucle une première opération en Série A de 15 millions d’euros.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La néoassurance Leocare lève 15 millions d'euros pour multiplier sa croissance par sept
La néoassurance Leocare lève 15 millions d'euros pour multiplier sa croissance par sept © Leocare

Nouvelle opération pour Leocare, l’assurance "100 % mobile et sans engagement". La start-up rennaise vient de lever 15 millions d’euros, renforçant son actionnariat par l’arrivée de trois fonds d’investissement : Felix Capital, Ventech, et Daphni. "Nous avons choisi des fonds aux profils et réseaux complémentaires. S’ajoute à cette opération une enveloppe de 5 millions d'euros en dette bancaire", précise Christophe Dandois, cofondateur de Leocare avec Noureddine Bekrar.

Cette opération financière en Série A suit de quelques mois une levée de fonds de 2,2 millions d'euros opérée à la rentrée 2020, notamment auprès de business angels issus des secteurs de l’assurance et de la banque. Depuis sa création en 2017, Leocare a réuni 18,4 millions d'euros lui permettant d’accélérer son développer, et de se positionner désormais comme "le leader de l’assurance sur le mobile pour les particuliers".

1 million de clients en 2025
Leocare fait état aujourd’hui d’un portefeuille de 20 000 clients. Elle collecte actuellement 1 million d’euros de primes nouvelles par mois contre 500 000 en septembre dernier. Et la start-up entend encore aller plus loin. "Dans la continuité de 2020, notre objectif est de multiplier mois par mois notre portefeuille d’affaires pour atteindre une croissance multipliée par 7 en 2021", indique Christophe Dandois, mentionnant que la start-up présentera, sur 2020, un exercice rentable.

Avec une croissance moyenne de 38% par mois, Leocare prévoit d’atteindre le 200 000 clients mi-2022 et le million en 2025. "Avant de s’exporter, il est important d’être fort sur son marché domestique. C’est pourquoi nous resterons en France sur 2021, avant de nous ouvrir au marché européen à horizon 2022". En plus d’une commercialisation directe en BtoC, les offres de Leocare sont également distribuées en BtoBtoC via des professionnels de l’automobile ou de l’immobilier. La start-up a noué une cinquantaine de partenariats commerciaux, via lesquels elle réalise la moitié de son activité.

Renforcer l’expérience utilisateur
Après l’automobile et l’habitation, Leocare a déjà développé son offre sur d’autres segments comme les smartphones ou les deux roues. "Dans les prochaines semaines, nous irons encore plus loin pour améliorer l’expérience de nos clients", précise Christophe Dandois. Plusieurs services sont évoqués dont un bot pour automatiser et "diviser par 3 le temps de gestion des sinistres par rapport aux assureurs traditionnels" et une market-place regroupant des professionnels pour l’entretien des véhicules ou de l’habitation.

Toujours pour se distinguer des autres acteurs du marché – traditionnels ou non –, la start-up va également lancer un service d’intelligence artificielle embarquée pour la prévention routière. "A l’entrée dans une zone à risques, le conducteur recevra une notification l’incitant à la vigilance." Ce service s’appuiera sur une soixantaine de jeux de données de prévention dont certaines en open-data.

Des recrutements
Pour développer ses nouveaux services et ses objectifs commerciaux, la start-up va renforcer ses effectifs. 20 embauches ont été réalisées sur l’année 2020 pour porter l’équipe à 35 salariés entre le siège de Rennes, et Paris où est installée l’équipe commerciale. "En 2021, nous serons 80 salariés. Et nous espérons regrouper une équipe de 150 salariés à l’horizon 2022", anticipe Christophe Dandois. Des recrutements sont prévus à Rennes et Paris sur les pôles "métier" de Leocare, comme la gestion des sinistres, la finance ou les relations-clients mais également sur des profils plus techniques : des data-scientists ou des UX/UI designers doivent ainsi rejoindre l’équipe.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.