Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La néobanque britannique Monzo boucle un nouveau tour de table de 66 millions d’euros

Levée de fonds Vu ailleurs Monzo récupère à nouveau des fonds. Ce cycle de financement de 66 millions d’euros vient en complément de son tour de table datant du mois de juin. La confiance des investisseurs semble de nouveau acquise malgré la crise sanitaire, qui a durablement affecté la néobanque britannique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La néobanque britannique Monzo boucle un nouveau tour de table de 66 millions d’euros
La néobanque britannique Monzo boucle un nouveau tour de table de 66 millions d’euros © Monzo

La néobanque Monzo a obtenu un nouveau financement de 60 millions de livres sterling, soit un peu plus de 66 millions d’euros, selon des informations publiées par TechCrunch le 2 décembre. Parmi les investisseurs Novator, Kaiser, TED Global et Goodwater, qui rejoignent les partenaires historiques Y Combinator, General Catalyst, Accel, Passion, Thrive et Stripe.

Une somme identique au dernier tour de table, en juin dernier, qui avait laissé un goût d’inachevé à la fintech en l’absence d’un financement promis par le géant SoftBank. Monzo, qui revendique à date plus de 4,8 millions de clients, voit sa valorisation portée à 1,2 milliard de livres sterling, toujours en-deçà de son niveau d’avant crise. Cette opération porte les fonds levés à 125 millions de livres sterling – TechCrunch mentionnant 5 millions de livres ajoutés discrètement aux deux financements cités – par la fintech britannique en 5 mois.

80 licenciements
Ce tour de table est une bonne nouvelle pour Monzo, dans la tourmente depuis le début de la pandémie de Covid-19. Enregistrant une baisse de revenus substantielle, liée à la chute des dépenses effectuées par ses clients lorsqu’ils voyagent à l’étranger et sur lesquelles elle prélève une commission, elle a licencié 80 employés et fermé son centre de Las Vegas, dédié au support client. Des mesures qui s’accompagnaient d’un changement de gouvernance, Tom Blomfield prenant la présidence de la start-up et laissant le siège de PDG à TS Anil, qui dirigeait jusque-là la filiale américaine.

Toujours selon TechCrunch, Monzo a néanmoins réussi à convaincre plus de 60 000 utilisateurs professionnels, soit 35 000 souscriptions supplémentaires depuis juin, et plus de 100 000 clients sur ses formules payantes, Monzo Plus et Monzo Premium. Des chiffres qui ont visiblement permis de restaurer la confiance des investisseurs et convaincu de nouveaux partenaires.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.