Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La néobanque française Pixpay lève 8 millions d'euros pour conquérir les familles

Levée de fonds La fintech française Pixpay, spécialisée dans l’offre bancaire pour mineurs, annonce un tour de table conséquent seulement 3 mois après le lancement commercial de son application mobile.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La néobanque française Pixpay lève 8 millions d'euros pour conquérir les familles
La néobanque française Pixpay lève 8 millions d'euros pour conquérir les familles © Pixpay

La néobanque française Pixpay a annoncé ce 13 mars avoir bouclé un tour de table de 8 millions d’euros auprès de Global Founders Capital (GFC), son investisseur historique, et de Bpifrance via son pôle Digital Venture, qui fait son entrée au capital. Ce nouveau cycle de financement porte le montant des capitaux levés à plus de 11 millions d’euros en 9 mois. Pixpay a en effet bouclé une levée de fonds de 3,1 millions d’euros en mai 2019, dont les objectifs avaient alors été expliqués par Benoit Grassin, cofondateur, à L'Usine Digitale.

"Ce second tour de table doit permettre à Pixpay de poursuivre son développement en France et de commencer son déploiement en Europe", explique le communiqué. Un financement qui, selon Benoit Grassin, "ne figurait pas dans notre feuille de route initiale. Devant les premiers retours du marché extrêmement positifs, nous avons décidé d’accélérer notre déploiement et de passer à la vitesse supérieure pour répondre aux attentes suscitées par notre offre". Les pays visés ne sont pas précisés.

Conquérir les enfants, mais surtout les parents

Fondée en 2019 par Benoit Grassin et Nicolas Klein – tous deux à l’origine de la plate-forme e-santé MonDocteur, revendue à Doctolib – avec Caroline Ménager (ancienne directrice marketing et communication chez Franprix), la start-up a mis au point une application mobile bancaire dédiée aux jeunes de 10 à 18 ans. Partant du constat que les offres des banques traditionnelles ne remplissaient pas leur mission à destination des adolescents, la start-up a conçu une offre qui se veut adaptée aux nouveaux usages. "Moins de 15% des 10-18 ans disposent d’une carte de paiement", rappelle-t-elle. Un chiffre qui s’explique en partie par le manque de connaissance des banques vis-à-vis des jeunes, "souvent réduits au statut de "futurs clients" ou "fils/filles de clients actuel", analyse-t-elle encore.

Pour conquérir ces jeunes, Pixpay propose une offre comprenant une carte Mastercard, utilisable partout, et pilotée en temps réel via deux applications. Si l’une est dédiée aux jeunes clients, l’autre est conçue pour les parents. "Pensé pour aider les ados à apprendre à gérer leur argent dans un monde où le cash disparaît, le produit intègre des dizaines de fonctionnalités innovantes pour simplifier la vie des ados et de leurs parents",  poursuit le communiqué. Les deux applications sont commercialisées sous forme d’un abonnement mensuel sans engagement.

Pour convaincre parents et enfants, Pixpay met en avant un produit qu'elle juge abordable et accessible à tous. "Plus de 3 000 communes françaises sont déjà représentées parmi les abonnés Pixpay". Autres informations communiquées par l’entreprise, le taux d’activation des cartes qui dépasse 95%, "une exception dans l’univers des néo-banques", et le chiffre de "500 000 euros d’argent de poche déjà distribués aux ados depuis l’ouverture du service".

Un marché du teen banking déjà très convoité

La jeune pousse française, qui a lancé la commercialisation de son produit il y a trois mois, revendique 10 000 utilisateurs payants. Si pour la fintech, ces chiffres "témoignent de la très forte attente des familles et de la pertinence du positionnement de l’offre Pixpay", il faut noter un marché extrêmement concurrentiel. La pépite tricolore n’est en effet pas la seule à proposer une offre bancaire pour adolescents. Côté fintech, on recense Nickel Jeune, Morning Jump, Kador,  Kard ou encore Xaalys. Un marché français et européen du teen banking déjà très convoité.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media