La NSA aurait piraté des câbles sous-marins d’Orange

[ACTUALISE] Le câble informatique sous-marin reliant l’Europe à l’Afrique du nord aurait été piraté par les services de renseignement américains, selon les informations de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, qui s’appuie sur des documents d’Edward Snowden. Orange envisage un dépôt de plainte avec constitution de partie civile.

Partager
La NSA aurait piraté des câbles sous-marins d’Orange

Les journalistes du monde entier continuent de faire parler les documents rendus publics par Edward Snowden. Dernière révélation en date : la NSA serait parvenue à pirater le réseau informatique de seize sociétés (dont le français Orange) qui gèrent le câble informatique sous-marin reliant l’Europe à l’Afrique du nord en partant de Marseille. L’hebdomadaire allemand Der Spiegel révèle l’information, confirmée par le site Mediapart.

Ce câble SEA-ME-WE-4, à l’importance stratégique, relie également l’Océanie et l’Asie à l’Europe en passant par le Moyen-Orient. Des quantités massives de données transitent par cette "autoroute" informatique sous-marine. L’agence de renseignement américaine serait parvenue, en février 2013, à pirater l'intranet du consortium qui gère ce câble, pour y extraire des informations sur son infrastructure technique, prélude au "hacking" du câble lui-même.

Orange amer

Orange envisage de porter plainte et de se porter partie civile si de tels agissements sont avérés. "Orange n'a aucune implication dans de telles manoeuvres, effectuées entièrement à son insu et qui concerne a priori des équipements (câble SMW4) dont elle est usager et non gestionnaire", a indiqué l'opérateur dans une déclaration transmise à l'AFP. "Si piratage il y a eu, cela n'a pas pu se faire via le réseau d'Orange, qui n'a connu aucune attaque de ce type", affirme-t-il. L'opérateur "se réserve toutefois toutes les possibilités d'action légale dans l'hypothèse où des données Orange transportées par le câble en question auraient fait l'objet d'une tentative d'interception et va notamment se constituer dans les prochains jours partie civile".

Interception de matériel informatique

L’hebdomadaire allemand révèle également des pratiques de la TAO (Tailored access operations), une unité secrète de la NSA. Ses équipes intercepteraient des matériels informatiques avant leur livraison pour y introduire des puces permettant de récupérer des informations à distance. Une tactique digne de romans d’espionnage.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS