Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La pénurie de composants électroniques durera au moins jusqu'en 2023

La crise qui touche l'approvisionnement en semi-conducteurs – et donc de manière générale la production d'appareils dotés de composants électroniques – n'est pas prête de s'arrêter. L'industrie s'accorde sur le fait qu'elle devrait se poursuivre au moins jusqu'en 2023.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La pénurie de composants électroniques durera au moins jusqu'en 2023
La pénurie de composants électroniques durera au moins jusqu'en 2023 © Taiwan Semiconductor Manufacturing Co., Ltd

La pénurie de composants électroniques, qui frappe autant l'industrie automobile que celle de l'électroménager et est particulière rude pour les gamers (qui ont du mal à se procurer tant les dernières consoles que de nouvelles cartes graphiques pour PC), n'est pas prête de s'arrêter.

Qu'il s'agisse des analystes indépendants ou des vendeurs de composants, tous s'accordent à dire qu'il n'y a pas de solution miracle au problème, qui se résume à une simple inadéquation entre l'offre et la demande. La pénurie de Covid-19 a fait prendre beaucoup de retard aux fabricants en 2020, et les divers confinements et autres augmentations du télétravail ont conduit en parallèle à une forte hausse de la demande en appareils électroniques (y compris avec l'arrivée d'une nouvelle génération de consoles). Or les capacités de production étaient déjà en flux tendu.

Les nouvelles usines ne seront pas opérationnelles avant plusieurs années
Il en a résulté la pénurie actuelle, que la demande accrue (et persistante) n'arrange pas. Loin de s'améliorer cette année, la situation s'est même encore un peu aggravée, d'après Glenn O'Donnell, analyste chez Forrester, dans une interview à Engadget. Les fondeurs ne sont évidemment pas restés les bras croisés.

TSMC, Samsung et Intel, pour ne citer qu'eux, ont déjà mis en chantier de nouvelles usines, mais ces dernières ne seront pas opérationnelles avant plusieurs années. Le nouveau patron d'Intel, Pat Gelsinger, a d'ailleurs déclaré le 16 décembre lors d'une conférence en Malaisie qu'il s'attend à ce que la crise dure jusqu'en 2023. Il décrit une augmentation continue de la demande de 20% d'une année sur l'autre.

Même son de cloche chez Nvidia. Jensen Huang, CEO de l'entreprise, indiquait le mois dernier à Yahoo! Finance qu'il anticipe un renforcement de la production courant 2023, bien qu'il estime que la demande ne faiblira pas, la tendance au télétravail (et donc à l'équipement individuel en ordineteurs) étant là pour durer. On rappellera par ailleurs que l'entreprise, tout comme son rival AMD, avait déjà du mal à assurer ses commandes avant la crise liée au Covid-19 par la faute des mineurs de cryptomonnaies qui s'accaparaient les cartes graphiques au grand dam des consommateurs.

Toute une génération de produits électroniques est durablement touchée
Résultat des courses : la demande en PlayStation 5 et Xbox Series X ne sera pas satisfaite de sitôt, et risque d'affaiblir financièrement cette génération de consoles tout en prolongeant la vie de la précédente. Et impossible de se reporter sur les PC pour le jeu car ils sont encore plus touchés, d'autant que même les équipements de milieu de gamme subissent ces contraintes. L'un des effets secondaires de la situation pourrait ainsi être l'adoption accélérée de services de cloud gaming (Xbox Game Pass, GeForce Now, Shadow...), même si celle-ci reste modérée pour le moment.

Mêmes difficultés du côté des entreprises où l'approvisionnement réduit en ultrabooks et stations de travail performantes risque de pousser les DSI à retarder le renouvellement des parcs d'informatique autant que faire se peut. Un conseil pour 2022, donc : prenez soin de vos appareils !

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.