Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La pénurie de puces freine le rebond du marché des smartphones

La pénurie de semi-conducteurs ralentit la croissance annuelle du marché des smartphones, qui aurait autrement retrouvé son volume antérieur à la crise du Covid-19.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La pénurie de puces freine le rebond du marché des smartphones
La pénurie de puces freine le rebond du marché des smartphones © Samsung

Le rebond du marché des smartphones, après le trou d'air de 2020 dû au Covid-19, ne sera pas aussi haut qu'attendu. En cause : la pénurie de semi-conducteurs, qui devrait se prolonger une partie de l'année 2022. Le cabinet d'études Counterpoint Research, qui tablait au départ sur une croissance annuelle de 9% en 2021, a revu sa perspective à +6%. Au total, 1,41 milliard de smartphones devraient avoir été expédiés à la fin de l'année.  

Au deuxième trimestre, certains constructeurs et équipementiers n'ont reçu que 80% des volumes de composants commandés pour leur production, et la situation s'est empirée au troisième trimestre, selon la société d'études. Les volumes livrés atteindraient désormais seulement 70% des volumes commandés chez certains fabricants. 90% des entreprises seraient affectées par la pénurie, y compris les leaders en volume Samsung et Xiaomi.

L'exception apple
Apple est le constructeur qui s'en tire le mieux grâce à ses stocks, à ses réserves de cash qui lui permettent de sécuriser ses approvisionnements, et à la maîtrise de sa production sur les pièces à plus forte valeur ajoutée, les SoC faisant à présent partie des composants sous tension (Qualcomm et Mediatek subissent le goulet d'étranglement des fondeurs tels que TSMC). L'entreprise de Cupertino a cependant indiqué début août que la pénurie de puces aurait un impact sur sa production d'iPhones à compter du quatrième trimestre, les premiers produits à en subir les conséquences ayant été les Macs et les iPads.

La pénurie de puces affecte d'autres industries, et en particulier l'automobile. Selon les estimations, qui varient d'un cabinet à l'autre, entre 4 et 9 millions de véhicules ne pourront pas être produits cette année pour cette raison, faisant reculer d'environ 10% la production automobile mondiale.