Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La pépite bretonne Kerlink réussit son introduction en Bourse et sort de l'ombre

L’équipementier breton de réseaux d’Internet des objets Kerlink a procédé à une augmentation de capital de 12,8 millions d’euros, dont 10,2 millions levés en Bourse. Une opération qui le valorise à 37,1 millions d’euros.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La pépite bretonne Kerlink réussit son introduction en Bourse et sort de l'ombre
La pépite bretonne Kerlink réussit son introduction en Bourse et sort de l'ombre

Introduction en Bourse réussie de Kerlink. L’équipementier breton de réseaux d’Internet des objets a placé un peu plus de 1 million de nouvelles actions auprès d’investisseurs intentionnels et grand public. De quoi lui apporter une cagnotte de 10,2 millions d’euros, 20% supérieure au montant prévu au départ. L’opération est accompagnée par la reconversion de 2,55 millions d’euros d’obligations en actions, ce qui porte l’augmentation du capital à un total de 12,8 millions d’euros. La société est valorisée à 37,1 millions d’euros.

 

Cap vers les 100 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2022

Fondé en 2004 à Rennes par des anciens de Wavecom (une société de modules cellulaires rachetée par le canadien Sierra Wireless), Kerlink se présente comme un équipementier de réseaux d’Internet des objets en concurrence avec des acteurs comme Link Labs aux Etats-Unis ou Sagemcom en France. Son offre comprend non seulement des antennes mais aussi des logiciels de gestion des réseaux à destination d’opérateurs télécoms (Orange, Bouygues Télécoms…) et d’opérateurs privés (GRDF, SNCF, Transdev…). Depuis fin 2015, elle est étendue à des services technologiques visant à aider les industriels à rendre leurs produits connectés.

 

Depuis deux ans, la PME bretonne de 60 personnes jouit d’une croissance de plus de 40% faisant passer son chiffre d’affaire de 3,6 millions d’euros en 2013 à 7,4 millions en 2015, dont 20% à l’international. Elle consacre près de 30% de son revenu à l’effort de R&D. Avec l’introduction en Bourse, elle se donne les moyens de conforter ses capacités d’innovation et de financer sa croissance notamment à l’international. Son PDG-cofondateur William Gouesbet a fait le pari de la Bourse pour rendre aussi sa société plus visible sur le marché et gagner en notoriété. Selon l’analyse de MIDCAP Partners, Kerlink devrait dépasser les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022, avec plus de la moitié en provenance de l’international.

 

Dilution de la part des dirigeants dans le capital

La cotation du titre démarre le 24 mai 2016 sur le marché Euronext de Paris. Après l’augmentation du capital, la part détenue par les dirigeants passe 30,73% à 20,15%, ce qui les place en deuxième position derrière le fonds d’investissement CM-CIC Bretagne Innovation (22,43%), mais devant le fonds Sodero Gestion (13,14%).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale