Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La perte du Google Play Store pourrait entraîner une baisse de 20% des ventes de smartphones Huawei

Vu ailleurs Huawei s’attendrait à vendre un peu moins de 200 millions de smartphones en 2020, contre 240 millions en 2019. Une baisse inédite, d’environ 20%, qui découlerait directement de l’embargo américain en cours depuis mai 2019, et qui l’empêche de proposer certains services et logiciels occidentaux sur ses nouveaux produits, à commencer par le Google Play Store.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La perte du Google Play Store pourrait entraîner une baisse de 20% des ventes de smartphones Huawei
Le Mate 30 Pro est le premier smartphone de Huawei fabriqué sans composant d'origine américaine. © Huawei

L’embargo américain aura des conséquences économiques très concrètes pour Huawei. Selon nos confrères de The Information, le constructeur chinois s’attendrait à vendre entre 190 et 200 millions de smartphones à travers le monde en 2020, contre 240 millions en 2019… soit 20 à 26% de moins. Des projections qui auraient été diffusées début mars 2020 auprès d’une poignée de responsables des produits grand public du géant chinois des télécommunications.

 

Une baisse inédite dans son histoire, qui serait directement imputable à l’impossibilité pour lui de donner accès à ses clients au Google Play Store, qui renferme les applications tierces les plus populaires (Facebook, Instagram, WhatsApp, Snapchat, Twitter, Netflix, Uber, Amazon, etc.) et les services de Google (Maps, Gmail, YouTube, Chrome ou Google Assistant).

 

SE RENFORCER SUR LE LOGICIEL

Pour Huawei, le problème n’est pas tant de pouvoir construire ses produits sans technologies d’origine américaine. Depuis décembre 2019, ses Mate 30 sont fabriqués sans aucun composant américain. C'est sur les aspects logiciels que la marque au lotus rencontre plus de difficultés, car l'embargo le contraint à mettre au point un peu dans l’urgence un système d’exploitation concurrent à Android et iOS – baptisé HarmonyOS.

 

Huawei cherche, en parallèle, à développer son magasin d'application alternatif AppGallery pour combler l’absence du Google Play Store sur ses appareils. Commercialisés à 800 et 1 000 euros respectivement, les Mate 30 et Mate 30 Pro sont présentés comme des téléphones haut de gamme et les consommateurs s’attendent donc au lot de services qui va avec. S’ils tournent toujours sous Android, ils n’offrent plus d’accès au magasin d’applications de la firme de Mountain View, ce qui devrait considérablement limiter leur succès hors de Chine. Autrement dit, le fabricant chinois éprouverait des difficultés à fidéliser ses clients à l’international, son AppGallery restant très limité à l'heure actuelle.

 

LE CORONAVIRUS PourraiT AGGRAVER LA SITUATION

Huawei n'a néanmoins pas dit son dernier mot : lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 24 février à Paris, la société indiquait ainsi vouloir intégrer à son magasin "les 150 applications les plus populaires" sur chacun de ses marchés. Quitte à mettre la main au porte-monnaie pour attirer les développeurs. Car se passer de Google Play Store est risqué : lorsqu’Amazon a choisi de faire tourner son Fire Phone sous une version Android sans les services de Google, l’échec a été retentissant.

 

Dans le cas où Huawei ne transformerait pas l’essai avec son AppGallery, les conséquences se feraient plutôt sentir à moyen terme. L’embargo qui le vise aux Etats-Unis ne concerne, dans les faits, que les nouveaux modèles qu’il sera amené à produire. Autrement dit, tant que tous les modèles qui embarquent les applications Google et le Google Play Store – parmi lesquels la fameuse gamme P30 – continueront d’être vendus, les conséquences devraient rester modérées pour la marque au lotus. Et si la marque au lotus parvenait à maintenir 40% de son chiffre d’affaires pour les smartphones dans cette configuration, elle signerait un véritable tour de force et cela signifierait presqu’à coup sûr une installation durable sur les marchés occidentaux. 

 

Comme le souligne The Information, l'épidémie de coronavirus pourrait par ailleurs contribuer à une diminution de la production et donc affecter les résulats. La première usine de production hors de Chine, qui se situera en France, se concentrera sur les équipements radio 4G et 5G.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media