Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Petite Marianne, le chatbot conversationnel au service des élus locaux

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Conçue pour jouer un rôle d’assistante virtuelle, la Petite Marianne est un chatbot conversationnel à destination des Élus locaux. Son but est de les accompagner dans leur rôle en leur donnant accès à des informations clés.

La Petite Marianne, le chatbot conversationnel au service des élus locaux
La Petite Marianne, le chatbot conversationnel au service des élus locaux © La Petite Marianne

Lancé le 14 juillet 2018 par la société Les Petits Bots, La Petite Marianne est un chatbot personnalisable adressé aux élus locaux. Son rôle ? Faciliter la communication, garantir le partage de l’information et recréer une relation de confiance entre l’administré et l’élu. Jean Christophe Messina, co-fondateur, a voulu créer ce chatbot pour répondre à un problème majeur de communication, qu’il a pu expérimenter pendant quinze années à travailler auprès des Directeurs généraux de services, au sein des collectivités territoriales. "Trouver la bonne information au bon moment" n’était pas chose facile et renvoyait une image négative auprès des citoyens. De plus, l’ensemble des cabinets échangent aujourd’hui par mails avec les élus, un système qui favorise la perte et l’oubli d’informations.

 

Un chatbot sur-mesure

Pour contrer ce problème et répondre le mieux possible aux sollicitations des citoyens et de la presse, Jean Christophe Messina et ses collaborateurs ont donc élaboré ce chatbot personnalisable pour permettre à l’élu d’être actif et avoir un accès permanent aux informations qui lui permettent de remplir sa fonction. Le chatbot de La Petite Marianne peut ainsi être modifié par chacun des élus afin de répondre à ses besoins spécifiques et lui apporter une offre sur-mesure. Les informations sont mises à jour en temps réel, pour favoriser l’engagement de l’élu. Chaque utilisateur est autonome et peut ajuster les questions. Comme le souligne le co-fondateur, "chaque élu à ses propres problématiques, par rapport à ses engagements de mandat".

 

Un chatbot par abonnement annuel 

La France comptant aujourd’hui plus de 36 000 communes, il s’agit d’un marché dense, d’où les deux modules proposés par La Petite Marianne. Le premier s’adresse aux collectivités territoriales qui peuvent déployer une part de leur budget de communication pour un abonnement à ce chatbot, dans le but d’accompagner et d’aider leurs élus. Ce module permet à chaque élu d’avoir accès à un certain nombre d’informations capitales, tel que l’agenda politique, les projets en cours, ou encore la version exacte d'une information communiquée aux habitants, pour contribuer à une communication ajustée. Il s’agit d’un abonnement annuel, dont le prix varie selon le nombre d’élus : 2000 euros pour les collectivités de moins de 30 élus, 3000 euros lorsqu’elle compte entre 30 et 50 élus et enfin 5000 euros pour plus de 50 élus. S’ajoutent à cela des frais d’accompagnement et de déploiement. L’autre module proposé est propre à l’élu et vise à l’informer et l’accompagner au quotidien, tout au long de son mandat, pour lui permettre d’accomplir au mieux sa mission.

 

Un chatbot évolutif

"Notre obsession, c’est la simplicité, poussée au maximum", explique Jean Christophe Messina. Une fois abonné, l’élu reçoit un mail contenant un lien qui lui donne accès à "Marianne la facilitatrice". Cette dernière est d’ailleurs en perpétuelle évolution pour répondre aux demandes des élus, qui eux-mêmes peuvent être sollicités par la société Les Petits Bots pour co-construire l’apprentissage du chatbot. Des profils comme des développeurs et data scientist travaillent également à ces améliorations. La connaissance du domaine et l’intelligence artificielle, plus exactement la compréhension du langage naturel, avec l'outil Dialog Flow de Google, sont au coeur de ce projet. La société a également donné naissance au Petit Martin, un chatbot RH pour les collaborateurs des entreprises.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale