Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La plateforme musicale Napster est rachetée par une start-up spécialisée dans la réalité virtuelle

La start-up britannique MelodyVR, spécialisée dans la diffusion en direct de concerts en réalité virtuelle, s’est offert le précurseur du partage musical en ligne Napster. Elle a pour ambition de créer une plateforme de divertissement numérique d’un genre nouveau.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La plateforme musicale Napster est rachetée par une start-up spécialisée dans la réalité virtuelle
La plateforme musicale Napster est rachetée par une start-up spécialisée dans la réalité virtuelle © Napster

Napster, pionnier du partage peer-to-peer de fichiers musicaux, existe toujours... et vient d’être racheté. La jeune entreprise britannique MelodyVR s’est offert la société américaine Rhapsody International, qui détient Napster depuis 2011, pour 70 millions de dollars. A noter que le montant intègre 44 millions de dettes que Naspter devait aux éditeurs de musique.

MelodyVR est spécialisée dans la diffusion en direct d’événements musicaux en réalité virtuelle. Par cette opération, Napster devient une filiale détenue exclusivement par la start-up, qui rdy cotée à la Bourse de Londres et valorisée à 74 millions de livres sterling.

Fermé en 2001, le site se met à la légalité 
Créée en 1999 par Sean Parker, dix-neuf ans, et Shawn Fanning, dix-huit ans, Napster opérait un logiciel de partage illégal et gratuit de morceaux de musique entre particuliers (peer-to-peer). Le succès est rapidement au rendez-vous, avec 14 000 fichiers audio téléchargés chaque minute dès l'année suivante, le plus souvent sous format MP3, révolutionnaire à l'époque de part sa capacité de compression. Un an plus tard, les majors américaines et le groupe de rock Metallica gagnent leur procès contre Napster. L'entreprise est condamnée pour violation massive du droit d'auteur et fermée. Le service compte alors plus de 80 millions d'utilisateurs.

Napster est relancée en 2003 sous la forme d’une plateforme de téléchargement légal et de streaming musical par l’éditeur de logiciels américain Roxio. Puis la société est rachetée en 2008 par le retailer spécialisé dans l'électronique grand public BestBuy pour 121 millions de dollars. Enfin, trois ans plus tard, c'est Rhapsody qui la récupère, un spécialiste du streaming payant qui appartient à RealNetworks. La marque Napster est conservée et en 2013, la société opère dans une quinzaine de pays européens, dont la France, l’Italie, l’Espagne et les Pays-Bas.

La concurrence est rude. Aux plateformes de streaming (Spotify et Deezer notamment) s’ajoutent les convoitises des Apple, Google et autres Amazon. Napster revendique aujourd'hui 3 millions d'utilisateurs et un catalogue de 90 millions de titres. A titre de comparaison, Spotify compte plus de 250 millions d'utilisateurs actifs, dont la moitié est abonnée à son offre payante. Si à la différence de ses concurrents, Napster ne diffuse pas de publicité, la société est tout de même rentable depuis 2017 grâce notamment à ses activités B2B. 

Vers un modèle de divertissement inédit ?
Alors que RealNetworks avait doublé sa participation dans Napster en 2019, cette revente inattendue va profiter à MelodyVR qui compte vraisemblablement capitaliser sur le catalogue de l’entreprise américaine. La pépite britannique a tiré parti des mesures de confinement liées à la pandémie de Covid-19, et qui a conduit à de nombreuses annulations de concerts et de spectacles.

Si pour le moment les deux entreprises vont fonctionner de façon distincte, l’ambition de MelodyVR est selon ses propres termes de créer une plateforme plus large qui intègre à la fois une offre de musique live immersive et virtuelle et des services de streaming. Une offre de divertissement inédite à ce jour, qui devrait pour un temps garder la concurrence à distance. Contre toute attente, Napster n’a pas dit son dernier mot.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media