Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La poussée syndicale gagne un Apple Store aux Etats-Unis

Les salariés d'une boutique Apple, basée à Atlanta dans l'État de Géorgie, ont entamé les démarches pour créer une organisation syndicale représentative. En cas de succès, il s'agirait du premier syndicat créé au sein d'Apple.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La poussée syndicale gagne un Apple Store aux Etats-Unis
La poussée syndicale gagne un Apple Store aux Etats-Unis © Flickr/ Marco Verch Professional Photographer

Après l'implantation d'un premier syndicat chez Amazon, une autre grande entreprise américaine réfractaire à l'émergence de corps intermédiaires connaît un mouvement similaire. Les salariés d'un Apple Store à Atlanta, qui emploie 107 personnes, ont entamé les démarches pour créer leur organisation syndicale. Si au moins 30% des salariés sont favorables à la procédure, un vote pourrait avoir lieu début mai au sein de l'entreprise. En cas de majorité en faveur de la représentation syndicale, la création du syndicat sera validée. 

L'initiative est soutenue par le syndicat Communications Workers of America. Si elle aboutit, il s'agira d'une première chez Apple, comme c'était le cas chez Amazon, qui a d'ailleurs inspiré les employés de Géorgie. Les salariés à l'origine de cette action réclament une augmentation des salaires. Le salaire d'embauche s'élève actuellement à 20 dollars de l'heure. Ils plaident en direction d'une augmentation du salaire minimum à 28 dollars de l'heure, et d'augmentations pour couvrir les effets de l'inflation.
 

Une autre initiative à New York

Une initiative similaire, soutenue par Workers United, est en train de se mettre en place à la boutique new yorkaise de Grand Central, où les salariés réclament un salaire horaire minimal de 30 dollars, davantage de congés et des plans d'épargne retraite, ainsi que des mesures en faveur de l'hygiène et de la sécurité au travail. Aux Etats-Unis, Apple détient environ 300 Apple Stores.

La majorité des grandes entreprises technologiques américaines est restée fermée à toute organisation des salariés. Microsoft et Facebook, par exemple, sont exempts de syndicats. Chez Google, il existe depuis 2021 un syndicat dit "minoritaire", qui ne bénéficie pas du cadre légal imposant à l'entreprise de négocier avec celui-ci. Selon un sondage réalisé par Morning Consult pour le site d'information Protocol, en 2021, la moitié des salariés travaillant dans la tech seraient intéressés par le fait de rejoindre un syndicat.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.