Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La RATP teste deux navettes autonomes EasyMile sur le site du CEA à Saclay

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Deux navettes autonomes EZ10 du français EasyMile sont testées, depuis le 13 février et jusq'au 30 mars 2018, sur le site du CEA à Saclay. De 10h à 16h, les salariés du site peuvent emprunter ces navettes 100% électriques sur un parcours de 2,6 kilomètres.

La RATP teste deux navettes autonomes EasyMile sur le site du CEA à Saclay
Du 13 février au 30 mars, deux navettes EZ10 du français EasyMile parcourent le site du CEA à Saclay. © Léna Corot

Deux navettes EZ10 du français EasyMile arpentent le site du CEA à Saclay depuis le 13 février 2018. Une grande première pour la RATP qui fait rouler ces deux navettes autonomes et 100% électriques sur une route ouverte pendant près de deux mois (jusqu'au 30 mars). Ces véhicules peuvent accueillir un maximum de douze personnes, dont six assises, et "parcourent 2,6 kilomètres", précise Clément Lucchesi, en charge du projet navette autonome de la RATP. Si dans la théorie les navettes d'EasyMile peuvent atteindre 45 km/h, ici "elles sont limitées à 12 km/h, mais les personnes les empruntant sont globalement satisfaites puisqu'elles vont toujours plus vite qu'un piéton", détaille Clément Lucchesi.

 

Le CEA Saclay, un milieu semi-ouvert

Ronds-points, dos d'âne, et intersections : le terrain du CEA à Saclay est idéal pour mener de tels tests. Le milieu semi-ouvert permet de confronter ces navettes autonomes à ce que pourrait être un milieu urbain standard. Piétons, cyclistes et voitures sont aussi présents : les navettes EZ10 doivent faire attention à l'environnement qui les entoure sans que celui-ci ne soit trop foisonnant. "Les navettes d'EasyMile circulent entre 10h et 16h, on ne les a pas mises en circulation aux heures de pointe car il y a beaucoup de trafic", précise Clément Lucchesi.

 

Aux intersections, elles émettent un signal sonore et s'arrêtent automatiquement. A charge pour la personne responsable à bord de lui donner le signal du départ. De même, lorsqu'elles arrivent à un rond-point : les navettes EasyMile ne s'engagent que si elles en ont reçu l'ordre de l'opérateur. Actuellement programmées "en mode métro, les deux navettes s'arrêtent aux sept arrêts du parcours", détaille Clément Lucchesi. Mais la RATP espère, pourquoi pas, tester d'autres modes ou la nouvelle génération de navette EasyMile.

 

 


EasyMile, un des leaders mondiaaux

EasyMile, de son côté, continue son expansion avec cette nouvelle expérimentation. Fondée en juin 2014, la jeune pousse est aujourd'hui "un des leaders mondiaux sur ce marché des navettes autonomes", selon les propres mots de Benoît Perrin son COO. Et avec ses 120 salariés, la société qui s'occupe de développer le logiciel et le système d'automatisation des navettes, pense avoir quitté la case start-up. Aujourd'hui "EasyMile a conçu une soixantaine de navettes qui ont parcouru plus de 150 000 kilomètres à travers 20 pays dans le monde", détaille Benoît Perrin.

 

"A Singapour, une expérimentation s'est pérennisée et deux navettes autonomes parcourent le jardin botanique", ajoute Benoît Perrin. EasyMile a aussi conclu "un partenariat avec le groupe TLD (un fournisseur d'équipements d'assistance aéroportuaire, NDLR) afin d'automatiser les tracteurs à bagages", cite comme exemple Benoît Perrin afin de montrer qu'EasyMile est présent sur différents secteurs. Surtout, que la société française se targue d'avoir conclu des partenariats avec plusieurs équipementiers et constructeurs automobiles dont elle ne peut révéler les noms.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale