Tout le dossier Tout le dossier

La réalité virtuelle prend d'assaut la conférence Techcrunch Disrupt

L'édition 2015 de la conférence Techcrunch Disrupt à San Francisco a misé gros sur la réalité virtuelle, une industrie en plein essor notamment depuis l'acquisition d'Oculus Rift par Facebook pour 2 milliards de dollars.

Outre un panel d'experts dédié au sujet, la conférence présentait un pavillon "réalité virtuelle" abritant nombre start-up en quête d'innovation.

Partager
La réalité virtuelle prend d'assaut la conférence Techcrunch Disrupt

Quel avenir pour la réalité virtuel hors du jeu vidéo ? Claude Zellweger, vice-président du design industriel chez HTC, le Dr Richard Marks, directeur de la recherche chez Sony, et Paul Raphaël de Félix & Paul Studios, en ont largement débattu lors de la conférence Techcrunch Disrupt à San Francisco. Selon ces experts, le "gaming" n'est qu'un exemple d'application de cette technologie, qui devrait encourager la création de nouveaux contenus dans les prochaines années.

Dans le domaine de la médecine, par exemple, "les docteurs pourront rentrer dans une maladie" au lieu de simplement regarder des images, s'est enthousiasmé Claude Zellweger de HTC. Le secret du succès de ces nouveaux usages repose sur trois choses selon lui : "[Ces expériences] doivent être belles, nous faire nous sentir bien, et être engageantes. S'il manque un de ces trois aspects, c'est un échec."

Il n'y a pas que les outils qui comptent, mais aussi ce que l'on en fera. "En tant qu'artiste, la réalité virtuelle a été hallucinante. Et les gens vont passer de plus en plus de temps sur la réalité virtuelle en dehors du "gaming", dans ce qui sera l'équivalent du cinéma ou la télévision", prévoit Paul Raphaël.

"Nous nous concentrons sur d'autres industries", a ajouté Richard Marks de Sony. "Nous sommes, à coup sûr, le plus avancés dans le jeu pour l'instant et nos joueurs sont très excités à propos de la réalité virtuelle. Sony compte aussi une société de production de films. Nous avons travaillé avec la NASA. Il y a beaucoup de possibilités différentes pour la réalité virtuelle - L'éducation, l'immobilier, il y a tellement de chose différentes."

L'innovation se bouscule au portillon

Dans la Startup alley où sont réunies de nombreuses jeunes pousses en quête de gloire, la conférence Techcrunch Disruote abritait pour la première fois un pavillon dédié à la réalité virtuelle. Ce dernier était sponsorisé par Rothenberg Ventures, un jeune fonds d'investissement lancé en 2013 par un trentenaire, Mike Rothenberg.

Spécialisée dans les "technologies de frontière", la firme a créé River, un programme d'accélération de start-ups, focalisé sur la réalité virtuelle, la réalité augmentée, l'intelligence artificielle, la vision assistée par ordinateur et la robotique. Parmi les pousses de la promotion 2015, GeoCV est une solution mobile permettant de capturer des objets et des espaces 3D avec n'importe quel téléphone ou tablette. Le produit transformera automatiquement les scans en modèles 3D. La start-up mise sur l'essor des capteurs 3D dans les smartphones et tablettes en 2016 et tente de construire une solution indépendante du matériel hardware.

Matterport, également soutenue par Rothenberg Ventures et présente à Techcrunch Disrupt, est plus avancée dans ce domaine. Elle compte actuellement 90 employés et de nombreux clients dans des domaines comme l'immobilier ou l'architecture. L'équipe a créé un casque 3D qui permet de scanner l'environnement et de transmettre les données en 3D sur le cloud de Matterport. Celles-ci sont ensuite analysées et transformées en modélisations vidéo, accessibles depuis n'importe quel navigateur. Le casque et sa plateforme associée coûtent 4500 dollars, "dans la lignée des caméras vidéos professionnelles", affirme le co-fondateur Matt Bell.

La concurrence s'organise face à Oculus Rift

Un peu plus loin, IONVR tente de concurrencer l'Oculus Rift avec son propre casque destiné au grand public, et un très beau jeu associé, développé par le réalisateur du film hollywoodien "Maleficent". "Nous avons breveté une technologie que ne possède pas l'Oculus Rift", affirme l'architecte en chef Jorrit Jongma. "Elle permet d'éliminer la sensation de nausée associée à l'utilisation d'un casque d'immersion. Par ailleurs, notre appareil permet d'utiliser n'importe quel smartphone, contrairement à l'Oculus."

La concurrence s'organise, et il sera intéressant de suivre l'évolution de ces start-ups dans les prochaines années. Reste à voir si elles pourront faire face aux géants Facebook ou encore Microsoft.

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS