Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La région Basse-Normandie lance son accélérateur d’entreprises

La région Basse-Normandie lance un accélérateur d’entreprises baptisé Fast Forward Normandie avec des partenaires privés et publics. Objectif : faire de l'accompagnement intensif d'entreprises "à fort potentiel". Le numérique se taille la part du lion dans la première série d’entreprises retenues.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La région Basse-Normandie lance son accélérateur d’entreprises
La région Basse-Normandie lance son accélérateur d’entreprises © Windsordi - Flick - C.C.

L'agence de développement de la région Basse-Normandie Miriade vient de lancer à Colombelles, près de Caen (Calvados), un accélérateur d’entreprises baptisé Fast Forward Normandie (FFWD Normandie). Ce nouvel outil de développement va consister à accélérer pendant douze semaines le développement commercial d’entreprises "à fort potentiel" puis à les accompagner pendant douze semaines supplémentaires vers leur objectif, qui peut être un contrat, un nouveau marché ou une levée de fonds.

"FFWD Normandie n’est pas un accélérateur de start-up. Il s’adresse à des entreprises déjà existantes qui souhaitent établir une stratégie de croissance", explique Alexandre Wahl, directeur de l’agence Miriade, installée sur le campus technologique Effiscience de Colombelles près de Caen (Calvados).

Fast Forward Normandie s’appuie sur un réseau de partenaires publics et privés : Bpifrance, Crédit Agricole, Financière du Cèdre, KPMG, Fidal, Protéine Management, Areva, La Poste, Orange, GDF Suez, Ecom Epub, Harry Consulting, le réseau Entreprendre, l’Ecole de Management de Normandie, Synergia, l’agence de développement économique de l’agglomération de Caen, et l’Agence française des investissements internationaux.

Coaching technique et appui de "mentors" expérimentés

Ces partenaires vont s’impliquer avec les entrepreneurs dans des programmes de "coaching opérationnel" sur des questions techniques (finances, droit, comptabilité) et/ou de management. En parallèle, les entrepreneurs pourront aussi recevoir l’appui de mentors expérimentés (dirigeants d’entreprises) qui vont leur ouvrir leurs réseaux, les challenger et les guider sur le plan commercial. Enfin, les entreprises qui intègrent Fast Forward Normandie bénéficieront d’un soutien financier pouvant aller jusqu’à 60 000 euros : 30 000 euros sous forme d’obligations convertibles de la part du Crédit Agricole Normandie et 30 000 euros sous forme de prises de participation de la part de la Financière du Cèdre.

De son côté, l’agence de développement économique Synergia met 250 mètres carrés de locaux à disposition des entreprises accélérées sur le campus technologique Effiscience. Les entreprises peuvent s’y installer avec un bureau volant ou bien de façon permanente.

Huit pépites intègrent "l’accélérateur"

Sur 50 entreprises ayant déposé un dossier complet, huit ont été choisies pour intégrer la première promotion de Fast Forward Normandie. Voici ces huit lauréats à fort potentiel.

Ideaquest
Cette entreprise japonaise créée en 2012 développe des systèmes de monitoring et de diagnostic sans contact pour les personnes âgées et les nouveaux nés. Ces dispositifs permettent une surveillance 24 heures sur 24 de toute information vitale relative à la respiration, ou aux mouvements. Ideaquest emploie 22 salariés au Japon et prévoit d’en recruter une dizaine à Caen où elle va s’implanter.

Biometry
Cette entreprise suisse créée en 2006 a mis au point une technologie d’identification/authentification par l’image et la voix pour tablettes, téléphones et ordinateurs. L’une des applications à fort potentiel est la possibilité de se connecter sans mot de passe ni code PIN. Biometry emploie 5 personnes en Suisse et prévoit de recruter à Caen où elle est en train de s’installer.

C.TexDev
Créée en 2012, la start-up de Saint-Contest près de Caen (5 salariés) conçoit et développe des applications de communication sur tablette tactile pour les personnes atteintes de troubles du langage.

Virtuasense
Créée en 2010 à Rouen, Virtuasense (5 salariés) s’était fait connaître en 2011 avec une solution d’interface gestuelle V-Museum, donnant au visiteur de musée l’illusion de pouvoir manipuler sans les toucher des objets de collection préalablement numérisés. Le spécialiste de réalité virtuelle et de réalité augmentée dans des lieux physiques travaille aussi désormais dans l’enrichissement de la relation client.  Il planche sur la convergence des éléments physiques et du monde digital pour augmenter l’expérience utilisateur et booster les ventes dans le commerce de proximité ou les centres commerciaux.

Digit Concept
Crée en 1992, cette société de Secqueville-en-Bessin (Calvados) a mis au point des technologies de décapsulation de circuits intégrés. Elle est présente sur le marché mondial des équipements d’analyse des défaillances des semi-conducteurs avec des clients tels que
SAMSUNG, STM, Texas Instruments, Thales, Tyco, DGSE, FBI. Cette pépite emploie 4 salariés en France et 5 en Asie.

Ergosup
La société dromoise Ergosup (10 salariés) a mis au point une technologie de stockage et de conversion d'électricité en hydrogène sous pression. Marchés cibles : les véhicules à hydrogène et le stockage d’énergie. Lauréate du concours mondial de l’innovation en 2014, l’entreprise créée en 2010 souhaite poursuivre son développement technologique dans la Manche et s’inscrire dans sa feuille de route "hydrogène 2020". Selon Miriade, Ergosup envisage de transférer prochainement dans la Manche son siège social de Malataverne (Drôme).

Evamed
Société caennaise fondée en 2005, Evamed (10 salariés) est un spécialiste de l’évaluation clinique des dispositifs médicaux. Elle propose des solutions en ligne (eCRF- electronic case report form) permettant la collecte de données cliniques ainsi que leur validation et leur exploitation en temps réel. L’entreprise a un projet de développement international.

Margotte tournicote
A partir d’un configurateur en ligne, cette société créée en 2013 à Caen (2 salariés) personnalise les produits et objets composant la chambre de l’enfant. La société prévoit d’intégrer les corners digitaux de personnalisation dans les magasins physiques.

Claire Garnier

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale