La Russie teste avec succès son "Internet souverain"

Conçu comme un gigantesque Intranet, "l'Internet souverain" russe a été testé avec succès, d'après une annonce des autorités nationales. Cette tendance à restreindre ou démanteler le réseau d'information et de communication global inquiète de plus en plus la communauté internationale.

 

Partager
La Russie teste avec succès son

La Russie a testé avec succès une alternative à l'internet mondial baptisé "Runet", selon un article de la BBC publié le 25 décembre 2019. Les détails de l'expérience demeurent encore très vagues mais, d'après le ministère russe des Communications, les internautes n'ont remarqué aucun changement. "Les résultats des exercices ont montré que les autorités et les opérateurs de télécommunications sont prêts à répondre efficacement aux risques et menaces émergents", s'est félicité Alexey Sokolov, directeur adjoint du ministère.

L'initiative consiste à restreindre les points d'accès auxquels le réseau russe se connecte au réseau mondial, comme un gigantesque Intranet national. Un moyen pour les autorités russes de faire main basse sur l'activité numérique de ses citoyens, en contrôlant l'entièreté du contenu consulté. L'agence de presse russe Tass a indiqué que les tests effectués ont permis d'évaluer "la vulnérabilité" des appareils Internet et la capacité du réseau à résister aux "influences négatives externes".

Promouvoir un internet national en cas d'influences externes

Ce premier test fait suite à l'entrée en vigueur, le 1er novembre 2019, du "Sovereign Internet Bill". C'est ce texte qui a autorisé les autorités russes à créer un internet russe isolé du reste des réseaux mondiaux. Cette loi permet au gouvernement de "couper" l'accès à Internet à tout moment. "Il s'agit de créer un internet fiable qui continuera à fonctionner en cas de campagnes d'influence externes, telle qu'une attaque informatique massive", avait indiqué Leonid Levin, président du Comité russe sur la politique de l'information, dans un discours prononcé le 28 octobre 2019 lors du deuxième Forum numérique russe. Le vote de cette loi avait poussé les Russes à descendre dans la rue pour exiger le retrait du texte.

Ces démantèlements inquiètent

Cette tendance au démantelement d'Internet inquiète de plus en plus la communauté internationale car elle entraîne de facto une restriction des libertés publiques et individuelles. Deux Etats sont devenus spécialistes dans cet exercice : la Chine et l'Iran. L'arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2013 a sonné le début d'une restriction très ferme de l'accès à Internet. L'accès à d'innombrables sites étrangers a été bloqué. En 2018, 26 000 sites internet "illégaux" ont été fermés par les autorités chinoises. De son côté, le 25 décembre 2019, l'Iran a coupé internet dans certaines provinces à la veille d'un hommage aux victimes de la répression durant les manifestations contre la hausse de l'essence.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS