Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Silver Economy, une nouvelle filière industrielle pour faire d'une population vieillissante un relais de croissance

Comment faire des seniors une opportunité ? Les ministres chargés du Redressement productif et des Personnes âgées s’apprêtent à lancer une filière économique dédiée aux seniors. Pour profiter de la génération solvable des "papy-boomers" et des progrès techniques et du numérique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Silver Economy, une nouvelle filière industrielle pour faire d'une population vieillissante un relais de croissance
La Silver Economy, une nouvelle filière industrielle pour faire d'une population vieillissante un relais de croissance © DR

Son nom, certes, aurait pu être mieux trouvé. Mais c’est une filière prometteuse que s’apprêtent à lancer le 24 avril à Bercy, les ministres Arnaud Montebourg et Michèle Delaunay : la Silver Economy.

La ministre déléguée en charge des Personnes âgées et de l’Autonomie en a envoyé le faire-part de naissance ce mercredi 20 mars au matin, à l’occasion du Colloque "L’ingénieur contre la dépendance". Un évènement organisé par le groupe MGEN et Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF) pour favoriser la création d’une filière industrielle au service des populations dépendantes.

Générer 0,25 points de croissance par an

La Silver Economy (ou économie des séniors), elle, est plus large. Son périmètre s’étend de la sortie de la vie professionnelle à la fin de vie. "Mes ressortissants sont aujourd’hui 15 millions, et vont augmenter : je suis le seul ministère en croissance !", s’amuse Michèle Delaunay. Et ce marché s’avère prometteur. "Il n’y a pas de jour où je ne découvre des propositions nouvelles de progrès techniques et du numérique : elles sont toutes génératrices d’une économie nouvelle qui peut être motrice dans notre pays, comme elle l’est aux Etats-Unis où elle connaît une croissance de 15% par an", affirme-t-elle. En France, la Silver Economy pourrait ainsi générer 0,25 points de croissance chaque année, selon les premiers calculs.

Des robots domestiques, capables de signaler une chute ou d’inciter la personne âgée à prendre ses médicaments, à la domotique avec ses maisons intelligentes, le champ des technologies permettant d’accompagner la vieillesse et la perte d’autonomie est immense. Enthousiasmée par sa visite, lundi, du salon Innorobo, la ministre reconnaît qu’il reste malgré tout un travail de relooking à faire pour adapter certains robots aux personnes âgées : "Cette branche mérite encore d’être affinée, humanisée, mais c’est terriblement prometteur !"

S’appuyer sur les champions Legrand et Essilor

Car la France dispose de tous les atouts pour miser sur la Silver Economy, estime-t-elle. Un marché solvable, grâce à la génération des "papy-boomers", ces 16 millions de Français nés dans les Trente Glorieuses, plus solvables que leurs parents, qui découvrent aujourd’hui ce que peut être un grand âge non anticipé en accompagnant leurs aînés.

Mais aussi des start-up performantes. Comme Withings, dont les tensiomètres ou pèse-personnes connectés ont fait le tour du monde. Ces dispositifs "engrangent un nombre de données incroyables : ce sont des millions de personnes dont on va connaître les déterminants de santé et de vieillissement", projette Michèle Delaunay.

Enfin, cette filière pourrait s’appuyer sur des champions internationaux. Comme Legrand, leader mondial des équipements électriques et dispositifs d’assistance, ou Essilor, dont les lunettes sont aujourd’hui capables d’aller bien au-delà de la vision.

La France sera-t-elle capable de mobiliser toutes ces ressources ? Et le gouvernement compte-t-il débloquer des fonds pour y parvenir ? Réponse fin avril...

Gaëlle Fleitour

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media