Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La SNCF entre au capital de BlaBlaCar qui lève 101 millions d'euros et souhaite racheter Ouibus

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

BlaBlaCar annonce une nouvelle levée de fonds de 101 millions d'euros grâce à laquelle la SNCF entre à son capital. Le leader français du covoiturage longue distance en profite pour faire une offre d'acquisition de Ouibus, le service de bus longue distance développé par la SNCF. Ce rapprochement entre la SNCF et BlaBlaCar permet aux nouveaux alliés de développer leurs offres multimodales.

La SNCF entre au capital de BlaBlaCar qui lève 101 millions d'euros et souhaite racheter Ouibus
La SNCF entre au capital de BlaBlaCar qui lève 101 millions d'euros et souhaite racheter Ouibus © Blablacar

La SNCF et BlaBlaCar se rapprochent pour booster leurs offres de mobilité. BlaBlaCar a annoncé lundi 12 novembre 2018 avoir levé 101 millions d'euros. La SNCF, qui participe à cette levée de fonds pour un montant non communiqué, fait ainsi son entrée au capital de l'entreprise française de covoiturage. Les autres contributeurs sont des investisseurs existants de BlaBlaCar. En parallèle, BlaBlaCar entre en négociations exclusives pour le rachat de Ouibus, le service de bus moyenne et longue distance lancé par la SNCF.

 

BlaBlaCar veut élargir son offre avec Ouibus

Celle qui a annoncé en septembre dernier être rentable douze ans après sa création cherche décidément à étoffer son offre au-delà du covoiturage. Après avoir proposé des bus sur sa plate-forme durant les grèves SNCF, BlaBlaCar veut gérer elle-même le réseau d'autocars de Ouibus desservant 300 villes de France et d'Europe. Si les négociations aboutissent, BlaBlaCar proposera pour la première fois sur sa plate-forme une offre de mobilité différente du covoiturage.

 

"Ce rapprochement permettrait à tous les voyageurs de trouver sur BlaBlaCar une solution de mobilité longue-distance qui convienne à la diversité de leurs besoins", explique dans un communiqué Nicolas Brusson, cofondateur de BlaBlaCar. Il ajoute que BlaBlaCar souhaite proposer "un service de mobilité complet comprenant la voiture et l’autocar à une échelle européenne". Et BlaBlaCar ne ferme pas la porte à d'autres acteurs puisque l'entreprise de covoiturage précise que "son offre va également s'ouvrir à d'autres partenaires et opérateurs de bus locaux en Europe". Elle espère attirer sur sa plate-forme de nouveaux clients qui prenaient uniquement le bus.

 

Développement d'une offre multimodale

Pour la SNCF, ce rapprochement semble logique, le groupe ferroviaire français souhaitant proposer à ses clients une offre multimodale. Allant dans ce sens, e-voyageurs SNCF développe un Assistant personnel de mobilité devant regrouper différents services de mobilité sur une même application. "Le partenariat envisagé avec SNCF marque un tournant très prometteur dans la construction d'une mobilité réellement intermodale et porte-à-porte", abonde Nicolas Brusson.

 

Le site OUI.sncf va intégrer des offres de covoiturage avant la fin de l'année 2018. Concrètement, les voyageurs auront le choix entre plusieurs solutions de transport et de prix. BlaBlaCar va donc bénéficier de la visibilité de OUI.sncf, le premier site de e-commerce français avec ses 16 millions de visiteurs uniques par mois et 70 millions de billets vendus sur les neuf premiers mois de l'année 2018.

Dès l'été 2019, OUI.sncf proposera une offre multimodale. Dans un premier temps, cette offre ne combinera que le bus et le train avant d'intégrer dans un second temps le covoiturage. Cela permettra aux voyageurs de combiner ces différents moyens de transport pour se rendre d'un point A à un point B.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale