Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up Biosency surveille à distance les patients en insuffisance respiratoire

Levée de fonds 30 mois après sa création, la start-up de Rennes va pouvoir commercialiser sa solution dédiée au télésuivi des personnes souffrant d’insuffisances respiratoires chroniques. Biosency vient d’obtenir, après une phase d’études cliniques, le marquage CE pour son bracelet Bora Band, l’un des deux composants de sa solution.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up Biosency surveille à distance les patients en insuffisance respiratoire
La start-up Biosency surveille à distance les patients en insuffisance respiratoire © Biosency

D’après l’OMS, la broncho-pneumopathie chronique obstructive – BPCO – sera en 2030 la 3ème cause de mortalité mondiale. Souvent mal diagnostiquée, cette pathologie touche aujourd’hui  251 millions de personnes, à commencer par les anciens fumeurs. Pour mieux suivre les patients atteints de ce type d’insuffisance respiratoire, Bionsency a développé une solution dédiée dont elle va pouvoir lancer la commercialisation dans le courant du mois de mars.

 

La start-up rennaise vient d’obtenir, après une phase d’études cliniques, le marquage CE pour son bracelet Bora Band, l’un des deux composants de sa solution. Avec une offre sur abonnement, Biosency va cibler les prestataires de santé à domicile qui équiperont les patients à la demande de leurs médecins. "Nous allons d’abord nous intéresser à la France, l’Allemagne, les Pays-Bas pour débuter en Europe, mais aussi les Etats-Unis… avec des perspectives sur de nouvelles pathologies", explique Marie Pirotais, présidente et cofondatrice de Biosency avec Yann Le Guillou et Gilles Giannoli en juillet 2017.

 

Un bracelet connecté

Fabriqué en Bretagne en matériaux biocompatibles et non allergiques, le bracelet Bora Band intègre plusieurs capteurs permettant de mesurer différents paramètres cardio-respiratoires comme le rythme cardiaque, le taux de saturation en oxygène, la fréquence respiratoire, la température cutanée ou encore l’activité d’un patient. Ces données sont interfacées à la plate-forme web Bora Connect accessible aux médecins qui assurent le suivi du patient en ambulatoire.

 

Prédire les crises aiguës

Après avoir réalisé une première levée de fonds de 800 000 euros en mars 2018, Biosency avait bouclé une seconde opération un an plus tard. La start-up avait alors réunit 1,5 millions d'euros auprès de Go capital, du Crédit Agricole Ille-et-Vilaine expansion et de trois business angels. L’objectif affiché était de préparer ce lancement commercial, mais aussi de poursuivre les démarches de R&D. 

 

Car Bionsency entend aller bien plus loin que ce dispositif de suivi à distance. Pour ce premier produit, elle a déjà développé des algorithmes brevetés. Une dimension d’intelligence artificielle va y être ajoutée afin de prédire les crises de BPCO à partir des données récoltées. "Anticiper les crises aiguës, deux à cinq jours avant leur déclenchement, permettra aux médecins d’adapter le traitement, éviter la crise et l’hospitalisation qu’elle engendre", détaille Marie Pirotais. En France, le coût de ces hospitalisations est estimé à deux milliards d’euros.  

 

Un conseil scientifique

A terme, la start-up entend devenir un acteur majeur du télésuivi des insuffisants respiratoires et du diagnostic prédictif pour les patients. Ce second service, qui nécessitera aussi une longue phase d’études cliniques, devrait être commercialisé en 2023. Pour atteindre ces ambitions, elle a déjà fortement étoffé ses équipes passant de 21 à 30 salariés en un an. Biosency s’est aussi entouré, depuis sa création, d’un conseil scientifique de six pneumologues experts de la broncho-pneumopathie chronique obstructive.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Bourgeois
07/03/2020 17h29 - Bourgeois

Bravo Enfin une solution A qui s’adresser pour en profiter ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media